Covid-19 : Gabriel Attal annonce "un plan de renforcement" pour augmenter le nombre de tests réalisés

Le porte-parole du gouvernement a notamment évoqué la création de "plusieurs centaines" de points de dépistage à proximité des centres de vaccination.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, le 5 janvier 2022 à Paris. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Toujours plus de tests. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a annoncé dimanche 9 janvier sur BFMTV "un plan de renforcement de notre politique de tests" face à l'épidémie de Covid-19. Le gouvernement veut notamment créer "plusieurs centaines" de points de dépistage à proximité des centres de vaccination. Ce sont les professionnels travaillant dans ces centres qui feront passer les tests, dans les moments de la journée où ils auront moins d'injections à réaliser, a expliqué Gabriel Attal.

Les pharmacies pourront, elles, recruter temporairement des professionnels de santé affectés au dépistage, en renfort de leurs employés habituels, "pour qu'il y ait plus de dépistages faits dans les pharmacies", a expliqué le porte-parole du gouvernement. Par ailleurs, l'éventail des professions habilitées à réaliser des tests a été élargi, pour inclure les diplômés en biologie moléculaire et les étudiants en master dans cette discipline, par un arrêté publié dimanche au Journal officiel.

10 millions de personnes testées par semaine 

Enfin, pour encourager les 6 000 pharmacies n'ayant pas commandé de test antigéniques ou d'autotests à sauter le pas, Gabriel Attal affirme que le gouvernement va garantir "qu'on indemnisera les stocks qu'elles auraient commandés et qu'elles ne vendraient pas", si jamais la demande n'était pas au rendez-vous. "Quasiment 10 millions de personnes" sont testées chaque semaine, a rappelé le porte-parole du gouvernement. 

"Les pharmaciens en font à peu près les deux-tiers", expliquait samedi sur franceinfo Gilles Bonnefond, porte-parole de l'Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO). S'inquiétant de la pression pesant sur ses confrères, il appelait à multiplier les "centre éphémères" de dépistage et à faire appel aux étudiants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.