Covid-19 : la possible suspension d'une médecin non vaccinée inquiète un village breton situé dans un désert médical

À Pleudihen-sur-Rance, l'une des médecins de la commune risque de ne plus pouvoir pratiquer car elle n'est pas vaccinée contre le Covid-19. Les patients craignent de se retrouver sans médecin traitant. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le docteur Françoise Van Dien (à droite) refuse de se faire vacciner contre le Covid-19 et risque de se faire suspendre. (SOLENNE LE HEN / RADIO FRANCE)

Quand l’obligation vaccinale contre le Covid-19 pour les professionnels de santé tourne à la crise locale... Parmi les 15 000 professionnels non vaccinés déjà suspendus ou en passe de l’être, figure l'une des trois médecins de Pleudihen-sur-Rance, entre Dinan et Saint-Malo. Une commune de 4 000 habitants déjà touchée par la désertification médicale. La possible suspension d’exercice de ce médecin va bouleverser le quotidien de ses 1 500 patients, très inquiets.

Malgré les demandes du maire et de certains de ses patients, le docteur Françoise Van Dien, médecin homéopathe, est ferme, elle ne se fera pas vacciner contre le Covid-19 : "En ce qui me concerne, pas question. Je compte sur mon immunité et veux qu'on respecte ma position. Je ne suis pas anti-vaccination mais contre le fait qu'on oblige les gens à se faire vacciner."

Trois médecins pour 10 000 habitants

Faute de temps l'Agence régionale de santé (ARS) ne l'a pas encore suspendue mais entend bien appliquer la loi. Dès lors les 1 500 patients de cette sexagénaire dynamique, dont certains vivent dans l'Ehpad de la commune, craignent de se retrouver sans médecin traitant. "On ne peut plus prendre de rendez-vous avec un autre médecin, ils sont déjà très pris, déplore une patiente. On va être dans des communes dans lesquelles les gens ne vont plus être soignés et on va encombrer les urgences à terme. " Pour un autre patient, "il y a cette histoire de vaccins et de Covid mais nous, c'est un problème qui est beaucoup plus profond et plus ancien." 

"On voit les médecins disparaître les uns après les autres. Ce sont des médecins de village ou de campagne qui font largement plus que les heures de bureau ou qui sont capables de se déplacer."

Un patient

à franceinfo

N’entrevoyant pas de solution, le maire de Pleudihen a envoyé un courrier à l’Agence régionale de santé pour l’alerter sur la situation : "On est sur un bassin de population, aujourd'hui d'un peu plus de 10 000 habitants, qui se retrouve avec seulement trois médecins." Des patients du Dr Van Dien ont lancé une pétition pour qu’elle puisse continuer d’exercer. Elle compte aujourd’hui 4 000 signatures, autant que le nombre d’habitants de la commune.

Les médecins généralistes qui figurent parmi les 15 000 professionnels de santé qui ont été suspendus, ou sont en passe de l'être, car ils ne sont pas vaccinés contre le Covid-19, ont une "responsabilité personnelle" vis-à-vis de leurs patients qu'ils laissent sans solution dans les déserts médicaux, a déclaré le président de l'Association des maires ruraux de France Michel Fournier ce lundi sur franceinfo.

Une "responsabilité personnelle"

Le président de l'Association des maires ruraux de France (AMRF), Michel Fournier, estime lundi sur franceinfo que ces médecins qui refusent de se faire vaccinner ont une "responsabilité personnelle" vis-à-vis de leurs patients. À propos du docteur Françoise Van Dien, l'élu rural pense que cette généraliste "doit avoir un regard particulier par rapport à sa non décision de se faire vacciner". Le président de l'AMRF a défendu la vaccination obligatoire pour les personnels soignants : "On est dans un Etat de droit et chacun doit avoir une conscience républicaine qui fait qu'à un moment donné, on passe outre des choses avec lesquelles on n'est pas forcément d'accord, parce que ce sont des règles de société."

Médecin non vaccinée dans un (presque) désert médical : reportage de Solènne Le Hen
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.