Covid-19 : la maire de Paris Anne Hidalgo veut "débrider" la vaccination pour l'ouvrir à "tous ceux qui le veulent"

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a répliqué que "ce qui bride aujourd'hui la vaccination en France et partout dans le monde, c'est le nombre de doses".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Anne Hidalgo donne une conférence de presse à Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 19 février 2021. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

"Pour rendre la vaccination plus efficace, je propose qu'on débride la vaccination. Que toutes celles et ceux qui veulent puissent le faire", a affirmé la maire PS de Paris Anne Hidalgo lors d'une interview à Europe1/CNews/Les Echos, dimanche 21 mars. "Il faut bien sûr tenir compte des antécédents médicaux" et "vacciner les plus de 75 ans" qui "doivent être prioritaires", mais "il faut ouvrir à tous les autres", a-t-elle expliqué.

"On nous dit que les doses sont là. Je n'ai pas de raison de mettre en doute cette parole officielle. Ne nous faisons pas prendre de court, organisons dès maintenant des centres de vaccination qui puissent accueillir très massivement tous les Français", a-t-elle ajouté, se disant "prête à organiser" ce processus.

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a répliqué sur BFMTV que "ce qui bride aujourd'hui la vaccination en France et partout dans le monde, c'est le nombre de doses". "Aucun pays n'a encore la capacité de vacciner toute sa population", a-t-il affirmé, plaidant à nouveau pour la stratégie consistant à vacciner en priorité les groupes de population les plus vulnérables. Il a également rappelé l'objectif d'avoir vacciné 10 millions de Français mi-avril, 20 millions à la mi-mai et 30 millions mi-juin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.