Covid-19 : l'ANSM recommande la poursuite de la vaccination avec AstraZeneca, un cas de thromboses multiples recensé en France

Selon l'agence sanitaire française, "rien ne permet de conclure" que les thromboses multiples observées sur un patient vacciné "soient en lien avec le vaccin".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un patient reçoit une injection du vaccin AstraZeneca, le 12 mars 2021, dans une pharmacie à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

Pas de pause en France. L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a formellement recommandé, vendredi 12 mars, de continuer la vaccination anti-Covid avec le vaccin AstraZeneca, suspendue provisoirement et par précaution par plusieurs pays européens en raison de troubles de la coagulation. La veille, le ministre de la Santé, Olivier Véran, avait déjà estimé qu'il n'y avait pas lieu de suspendre ce vaccin dans le pays.

A ce stade, en France, "un cas de thromboses multiples", c'est-à-dire de caillots sanguins, a été recensé chez une personne ayant reçu ce vaccin, rapporte l'ANSM dans un point sur la surveillance des vaccins anti-Covid. "Rien ne permet de conclure que cet effet soit en lien avec le vaccin" d'AstraZeneca, insiste l'agence sanitaire française.

L'Agence européenne du médicament a dit, mercredi, avoir recensé "30 cas en Europe parmi 5 millions de personnes vaccinées avec le vaccin AstraZeneca". Selon elle, le nombre de cas de ces troubles n'est "pas supérieur chez les patients vaccinés au nombre observé dans la population générale"

Un "potentiel" signal de sécurité pour Pfizer

L'agence sanitaire note par ailleurs qu'"à ce jour, il n'y a pas de signal de sécurité confirmé avec le vaccin Moderna". Pour celui de Pfizer-BioNTech, elle évoque un "potentiel signal" avec la survenue, après la seconde dose, d'"une récidive de thrombopénie", une diminution des plaquettes. Plusieurs autres cas de baisse de ces cellules sanguines jouant un rôle essentiel dans la coagulation ont été rapportés.

Pour les trois vaccins actuellement utilisés en France, environ 12 000 effets indésirables ont été analysés depuis le début de la campagne. La plupart ont été de faible ampleur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.