Covid-19 : 200 maires s'engagent à se faire vacciner pour donner l'exemple

Ils demandent à l'Etat de "faciliter cette initiative", alors que les Français prêts à le faire sont minoritaires selon les sondages.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Mauricette, 78 ans, reçoit le vaccin Pfizer-BioNtech contre le Covid-19, à Sevran(Seine-Saint-Denis, le 27 décembre 2020 (illustration). (THOMAS SAMSON / AFP)

Deux cents maires se sont engagés mardi à se faire vacciner contre le Covid-19 afin de donner l'exemple et demandent à l'Etat de "faciliter cette initiative", alors que les Français prêts à le faire sont minoritaires selon les sondages.

Si "le gouvernement espère vacciner 15 millions de personnes à l'horizon de cet été", "la confiance ne se décrète pas, elle se mérite", écrivent les signataires dont le maire de Poissy Karl Olive (divers droite), président de l'association Génération terrain qui porte la démarche.

"La symbolique est forte"

Parmi les signataires du texte publié par Le Figaro figurent aussi le maire PS de Dijon François Rebsamen, le maire LR d'Antibes Jean Léonetti ou encore le maire centriste d'Arras Frédéric Leturque.

Une étude BVA publiée dans le JDD montre que seuls 44% des Français ont l'intention de se faire vacciner, l'une des proportions les plus basses parmi 32 pays étudiés. Un sondage Ipsos Global Advisor publié mardi octroie même à la France la place de "championne du monde" des pays réfractaires, devant la Russie et l'Afrique du Sud.

"Les Français ont confiance en leur maire. Notre exemple et notre incitation peuvent convaincre demain des administrés aujourd'hui fébriles", souligne le manifeste des 200 maires. "Pas question de prendre la place de quiconque, - le sujet n'est pas là, nous attendrons notre tour s'il le faut - mais la symbolique est forte", ajoutent ces édiles, pour lesquels "l'Etat aurait bon ton de faciliter cette initiative".

"Voilà qui couperait court également à cette idée répandue que les ainés dans les Ehpad seraient pris pour des cobayes. Qu'il faudrait d'abord tester les effets secondaires sur eux", estiment-ils.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.