Coronavirus : le vaccin Pfizer-BioNTech arrive en France

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Coronavirus : le vaccin Pfizer-BioNTech arrive en France
France 3
Article rédigé par
H. Puffeney, C. Guttin, V. Chatelier, M. Lavielle, S. Hemar, France 3 Bourgogne, S. Gravelaine - France 3
France Télévisions

La campagne de vaccination contre le coronavirus débutera dimanche 27 décembre en France à Sevran (Seine-Saint-Denis) et à Dijon (Côte-d'Or). Les 19 500 premières doses du vaccin sont arrivées tôt samedi 26 décembre en banlieue parisienne en provenance de Belgique. 

La livraison des vaccins contre le coronavirus, stockés dans des cartons remplis de gaz carbonique, était attendue depuis des mois en France. 19 500 doses du vaccin Pfizer-BioNTech sont arrivées samedi 26 décembre à la pharmacie centrale des hôpitaux de Paris en provenance de Belgique. Rangés dans des super-congélateurs, les vaccins seront acheminés sur tout le territoire ; une chaîne du froid difficile à maintenir. Cette course contre la montre a déjà débuté : les premières doses sont sur le point d'arriver dans des Ehpad de région parisienne, d'autres en Bourgogne. 

Des flacons attendus à Dijon


Un convoi escorté par la gendarmerie nationale se dirige notamment vers Dijon (Côte-d'Or). Le chef d'escadron départemental de la Côte-d'Or, Frédéric Lest, avance notamment "le risque de tentatives d'appropriation des vaccins". Samedi 26 décembre, plusieurs sites doivent être livrés, en région lyonnaise (Rhône), à Lille (Nord) et à Tours (Indre-et-Loire). Certaines doses seront injectées aux résidents du Centre gériatrique de l'hôpital de Dijon. "Six flacons sont attendus ici avec une trentaine de doses de vaccin contre le Covid-19", rapporte le journaliste Valentin Chatelier, en direct de Dijon. Des doses seront ensuite acheminées vers un Ehpad proche, relié administrativement au CHU de la ville. "La Bourgogne-Franche-Comté a été choisie car c'est la région, pour cette deuxième vague, la plus touchée par le Covid-19", conclut le journaliste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.