Cet article date de plus de sept ans.

Coronavirus : les tests sur le patient soupçonné d'être infecté sont négatifs

Quelques mois après la mort d'un patient à Lille (Nord), le ministère de la Santé pensait avoir identifié un nouveau cas de ce virus, qui provoque les symptômes d'une pneumonie aiguë. Finalement, les tests ont infirmé cette information.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le coronavirus Mers-CoV, responsable du syndrôme respiratoire du Moyen-Orient. (CDC / BSIP / AFP)

Pas de nouveau cas de coronavirus en France. C'est ce qu'a annoncé, mardi 29 octobre, le ministère de la Santé. Les tests pratiqués dans la journée par l'Institut Pasteur sur un nouveau patient soupçonné d'être infecté, hospitalisée à Tourcoing (Nord) depuis lundi et dont l'état de santé est stable, se sont révélés négatifs. Le cas avait pourtant été qualifié de "probable" à la mi-journée.

"Les deux cas identifiés en mai 2013 restent donc les deux seuls cas confirmés en France à ce jour", précise le ministère. Ce virus a tué 62 personnes dans le monde depuis septembre 2012. Explications.

Qu'est-ce que le coronavirus ?

Le coronavirus (nCoV) est un cousin du Syndrome respiratoire aigu sévère, connu sous le nom de Sras, dont l'épidémie de 2002-2003 a tué plus de 800 personnes dans une douzaine de pays. Le nouveau coronavirus appartient à la même famille, mais est "génétiquement assez différent", selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les membres de la grande famille des coronavirus peuvent provoquer aussi bien des maladies bénignes (rhumes, gastro-entérites) que de graves syndromes respiratoires, comme le Sras. Ils peuvent toucher les humains comme les animaux. Cette version du virus, désignée par l'OMS comme le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (Mers) déclenche en plus une insuffisance rénale rapide. Et sa transmission paraît lente, en témoigne le petit nombre de cas confirmés d'infection.

Quels sont les cas français ?

Le premier malade est mort le 28 mai, alors qu'il était hospitalisé en réanimation à Lille. Le deuxième, qui n'est aujourd'hui plus porteur du virus selon l'équipe soignante, est néanmoins toujours hospitalisé, selon le ministère. Il avait partagé la chambre du premier malade et représentait ainsi un cas confirmé de transmission entre humains du virus.

Qui sont les personnes à risque ?

Le ministère de la Santé souligne qu'en France, les contaminations n'ont été rapportées que dans deux situations : après un voyage dans la péninsule arabique avec survenue de symptômes respiratoires et de fièvre dans les 14 jours qui suivent le retour, ou après un contact rapproché avec une personne infectée par le coronavirus. "Toute personne se trouvant dans l'une de ces situations doit contacter son médecin traitant ou le centre 15 et mentionner le voyage dans la péninsule arabique ou le contact rapproché", ajoute-t-il.

Pour répondre aux questions sur le coronavirus, le ministère a mis en place un numéro vert d'information, joignable gratuitement, du lundi au samedi, de 9h à 19h : 0800 13 00 00.

Quelle est la situation mondiale ?

Le 24 octobre, l'OMS a fait état de 144 cas dans le monde, dont 62 décès depuis septembre 2012. L'Organisation ne recommande toutefois pas de restrictions de voyage pour les pays concernés, rappelle le ministère français de la Santé.

Lundi, l'Arabie saoudite a annoncé la mort d'une octogénaire atteinte par le coronavirus Mers, portant à 52 le nombre des décès liés à cette maladie dans le royaume. Comme l'explique RFI, l'épidémie a récemment contraint les autorités saoudiennes à limiter le nombre de fidèles venus accomplir le pèlerinage musulman du "hadj", à La Mecque.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.