"Trois mois d'inactivité et une reprise au taquet, le corps n'est pas préparé à ça" : avalanche de blessures parmi les footballeurs après le confinement

Des blessures en série, c'est ce que connaissent les championnats de foot européens qui ont repris la compétition après trois mois d'interruption totale, due au confinement.

Le Mancunien Sergio Agüero s\'est blessé lors du match de Premier League contre Burnley le 22 juin 2020
Le Mancunien Sergio Agüero s'est blessé lors du match de Premier League contre Burnley le 22 juin 2020 (MARTIN RICKETT / POOL)

"C'est difficile de terminer comme ça. Difficile de raccrocher les crampons prématurément, à 36 ans." Jérémy Mathieu fait partie des joueurs qui se sont blessés lors de la reprise. Le défenseur international français a annoncé jeudi 25 juin qu'il prenait sa retraite. Comme lui, Sergio Ramos, Sergio Agüero, Marcus Thuram ou encore Gonzalo Higuain ont rejoint les infirmeries de leur club depuis la reprise, après trois mois d'arrêt pour cause de confinement lié à l'épidémie de coronavirus.

"Des statisticiens ont déjà dénombré trois fois plus de blessures qu'en temps normal, selon le consultant football de Radio France, Jérôme Alonso. Mais tout ça est absolument logique. Il faut savoir qu'un footballeur a trois ou quatre semaines de vacances en été. Là on est sur trois mois d'inactivité, avec une reprise au taquet. Donc le corps n'est pas préparé à ça." La solution, pour lui, aurait été "de reprendre avec un travail foncier et une préparation athlétique d'au moins sept ou huit semaines."

Trois mois sans sport, c'est très long

Pendant le confinement, les préparateurs physiques ont suivi les joueurs à distance, leur proposant des entraînements adaptés. Mais pour Pierre Lassus, préparateur physique au PSG, rien ne remplace le terrain : "Le foot reste un sport de contacts, donc c'est clair que suite à une période de désentraînement aussi longue, il peut y avoir des blessures aussi bien musculaires qu'articulaires."

Il n'est pas étonné de voir une recrudescence des blessures dans les pays qui ont déjà repris la saison. "Cela s'enchaîne après une période pas toujours adéquate. Pendant le confinement, c'était compliqué d'enchaîner des entraînements corrects, une alimentation et une hygiène de vie saines. Donc là on va retrouver un capital musculaire qui est en deçà de ce qu'il pouvait y avoir avant le confinement."

En attendant de jouer, la Ligue 1 observe

Le sujet a suscité le débat, mais il y a un avantage à l'arrêt de la Ligue 1 : pouvoir observer ce qui se passe dans les autres grands championnats européens pour ne pas reproduire les mêmes erreurs. Pierre Lassus est prévenu, alors que le Paris Saint-Germain vient tout juste de reprendre l'entraînement, le jeudi 25 juin : "Il faut essayer de jongler, de retrouver un équilibre avec une progressivité dans les intensités pour essayer de limiter ces chutes ou ces rechutes de blessures essentiellement musculaires."

Alors que la Ligue 1 doit débuter la prochaine saison le 22 août, les clubs pourront s'inspirer de certaines idées testées chez nos voisins, comme les cinq remplacements autorisés, pour éviter ainsi l'avalanche de blessures.