Film conspirationniste "Hold up" sur le Covid-19 : "Une grande partie de nos concitoyens ne croient plus en la parole publique", dit une historienne

Plutôt que de déconstruire les arguments de ce film qui prétend révéler un complot derrière l'épidémie, Marie Peltier estime qu'il faut s'interroger sur les raisons de la défiance envers les médias et les responsables publiques.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
L'affiche du documentaire "Hold-up". (THANA TV / YOUTUBE)

"Le fond du problème, c'est l'imaginaire de la défiance, c'est-à-dire qu'une grande partie de nos concitoyens ne croient plus en ce qui est perçu comme la parole publique", estime vendredi 13 novembre sur franceinfo Marie Peltier, historienne, spécialiste du complotisme, au sujet du succès du documentaire "Hold Up", diffusé sur internet et qui prétend rétablir la vérité sur l'épidémie mondiale de Covid-19. En réalité, les 2h45 alignent des rumeurs et des théories du complot sans preuve. "Et ça marche, parce que les gens sont en demande d'un récit alternatif", explique Marie Peltier.

franceinfo : Peut-on démonter chaque infox de ce documentaire, sachant qu'elles sont très nombreuses et que cela prendrait des heures ?

Marie Peltier : La logique du démontage a ses limites. Une question plus pertinente encore serait de se demander pourquoi les gens adhèrent à ce type de récit et à ce type de croyances. Face au phénomène conspirationniste quand on est seulement dans la contre-argumentation et la déconstruction, on laisse le problème entier, parce que le fond du problème, c'est l'imaginaire de la défiance, c'est-à-dire que une grande partie de nos concitoyens ne croient plus en ce qui est perçu comme la parole publique.

Ce documentaire a été relayé sur les réseaux sociaux parfois par des personnalités, pourquoi est-ce qu'il fait tant de vues sur internet ?

Cette parole conspirationniste s'est banalisée très fortement ces dernières années et elle s'est banalisée dans tous les milieux, y compris dans le milieu du showbiz. On a cru pendant trop longtemps que ça ne concernait que quelques personnes non éduquées mais c'est tout à fait faux. C'est un imaginaire qui est vraiment majoritaire dans le débat public. Ici, on a un documentaire qui cristallise toutes les obsessions qui ont déjà quelques années et qui ont déjà contaminé le débat public et qui donnent comme une espèce de sens "clef en main" à la crise qu'on est en train de vivre. Je pense que c'est une des grandes explications de son succès. Parce que le Covid c'est un traumatisme collectif. Et quand on a un événement traumatisant, on cherche à lui donner du sens, c'est une logique tout à fait humaine. Mais cette explication est problématique idéologiquement parce que, rappelons-le - le conspirationnisme est foncièrement hostile à l'émancipation et est antisémite, notamment.

Je suis assez étonnée que l'on parle peu de l'antisémitisme de ce documentaire. Pratiquement toutes les personnes pointées comme responsables, sont juives.

Marie Peltier, historienne

à franceinfo

Il y a vraiment là, la remobilisation d'une vieille sémantique tout à fait puante, si je puis me permettre. C'est un exemple de rhétorique assez classique : la figure du juif puissant qui déciderait tout dans l'ombre, etc. On sait où cette rhétorique nous a menés dans l'Histoire.

Ce film a été financé grâce au financement participatif. Ça veut donc dire que les gens payent pour voir ce qu'ils veulent voir, c'est cela ?

Encore une fois, ça repose sur l'idée que le "système" serait corrompu et que donc, pour avoir des contenus qui nous arrangent ou qui vont plus dans le sens de notre vision du monde, on est prêts à payer. On est prêts à participer. En fait, les médias conspirationnistes et alternatifs ont beaucoup procédé ces dernières années avec des appels aux dons. Et ça marche, parce que les gens sont en demande d'un récit alternatif.

Il faut comprendre que dans l'imaginaire conspirationniste, les médias sont vus comme les agents du système, comme une corporation de menteurs, puisqu'ils mentent au service du système.

Marie Peltier

à franceinfo

Et donc , forcément, pour aller chercher la vérité - il faut rappeler que le conspirationniste est obsédé par la recherche de la vérité - et bien il va devoir aller chercher l'information vers d'autres sources, et c'est en cela que d'autres personnes peuvent se présenter comme des sources alternatives.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.