"Merci pour ce bol d'air" : des étudiants fatigués par la crise du Covid-19 viennent se ressourcer chez des Bretons solidaires

Un agriculteur du Morbihan a créé un groupe Facebook pour mettre en contact des étudiants en manque de verdure et des propriétaires prêts à les accueillir gratuitement pour quelques jours.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Valérie accueille Bénédicte, étudiante, chez elle à Sainte-Marine (Finistère), le 26 février 2021. (BENJAMIN ILLY / FRANCE-INFO)

Épuisés, isolés, déprimés... Les étudiants sont durement touchés par la crise sanitaire et économique. Privés de cours en présentiel, ils sont forcés de passer beaucoup de temps devant leurs écrans, dans leur appartement ou chambre universitaire. Alors pour pallier ce manque de verdure et d'air frais, un agriculteur breton a créé un groupe Facebook, début février, pour recenser les propriétaires prêts à accueillir des étudiants pour quelques jours. 

C'est sur ce groupe, baptisé "L'étudiant et le bol d'air Bretagne", que Bénédicte est entrée en contact avec son hôte. "Je suis tombée sur le post de Valérie, je l'ai contactée et ça s'est fait assez rapidement, raconte Bénédicte, 20 ans. C'était très simple, très fluide". Enfermée chez elle depuis des mois, cette étudiante rennaise en art du spectacle, se sentait "déprimée" : "Je tourne en rond, c'est une boucle sans fin". Alors elle a décidé de venir se changer les idées chez Valérie, au bord de la mer. 

>> Comment le Covid-19 les a poussés vers plus de solidarité : "J'ai eu besoin d'agir au-delà des applaudissements"

À Sainte-Marine, dans le Finistère, la Bretonne solidaire accueille donc gratuitement l'étudiante, alors qu'elles ne se connaissaient pas il y a encore quelques jours. "Ça matche super bien, sourit Bénédicte. Elle est aux petits soins. C'est le paradis ici, c'est magnifique. Un grand merci, ça fait du bien". Pour les deux femmes, c'est une initiative qui met du baume au cœur en cette période difficile. 

"Cette pandémie, aussi épouvantable soit-elle, est aussi une chance car elle réveille des initiatives comme celle-là."

Valérie

à franceinfo

Sans cette crise sanitaire, "je n'aurais pas contacté une université pour proposer à un étudiant de venir passer des vacances ici, explique Valérie. Je trouve cela formidable que cela réveille ces initiatives-là. C'est gagnant-gagnant, c'est très enrichissant pour moi aussi.

Un groupe Facebook pour chaque région

À l'origine de ce projet solidaire, Loïc Thirion, un agriculteur, se réjouit de voir que les rencontres se concrétisent entre les propriétaires et les étudiants se concrétisent. Il existe désormais un groupe pour chaque région. "Aujourd'hui, le réseau rassemble 3 500 participants, explique ce producteur de fromages du Morbihan. Entre 20 et 25 étudiants ont déjà pris un bol d'air et il existe une vingtaine de dates fixées pour d'autres bols d'air. On en est à 200 personnes qui font des propositions d'accueil"

 

Un bol d'air frais en Bretagne pour les étudiants isolés : le reportage de Benjamin Illy
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.