Seine-Saint-Denis : une surmortalité inquiétante

Selon les derniers chiffres de l’INSEE, une surmortalité particulièrement élevée est constatée en Seine-Saint-Denis, avec +63% de décès entre l’avant-dernière et la dernière semaine de mars.

France 2

C’est une hausse parmi les plus fortes, et qui interpelle forcément dans le département le plus pauvre de France métropolitaine. En effet, en Seine-Saint-Denis, +63% de décès sont constatés entre l’avant-dernière et la dernière semaine de mars, devant la Haute-Marne (+54%) et le Val-d’Oise (47%). En tout, 208 personnes sont mortes du coronavirus Covid-19 en mars. La maire de Bondy, Sylvine Thomassin, affirme n’avoir jamais signé autant de certificats de décès par jour. La surmortalité serait, selon elle liée, à la précarité.

Des habitants en première ligne

La maire détaille : "On a beaucoup de logements sociaux, souvent trop petits, et donc des difficultés à ne pas se croiser dans la maison. (…) Évidemment que la promiscuité en rajoute." Les autorités apportent une autre hypothèse : les règles de confinement auraient mis quelques jours à être respectées. Surtout, de nombreux habitants occupent des emplois en première ligne de la pandémie : caissier, livreur, aide-soignant, infirmier… Or, la Seine-Saint-Denis compte trois fois moins de lits de réanimation que le département voisin, Paris.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des habitants d\'une résidence de Montreuil (Seine-Saint-Denis) sur leur balcon, le 24 mars 2020. 
Des habitants d'une résidence de Montreuil (Seine-Saint-Denis) sur leur balcon, le 24 mars 2020.  (REMI DECOSTER / HANS LUCAS / AFP)