Cet article date de plus d'un an.

Projet de loi sanitaire approuvé partiellement : "Nous avons réinstauré de la liberté", se réjouit Sébastien Chenu

Le vice-président Rassemblement national de l’Assemblée nationale Sébastien Chenu, se réjouit mercredi sur franceinfo du rejet de l’article 2 du projet de loi sanitaire, qui prévoyait la possibilité de réinstaurer un pass sanitaire aux frontières en cas d'aggravation de la situation sanitaire.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Sébastien Chenu, le avril 2022, à Paris. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

"Nous avons réinstauré de la liberté", se réjouit le vice-président Rassemblement national de l’Assemblée nationale Sébastien Chenu, mercredi 13 juillet sur franceinfo, après que l’article 2 du projet de loi sanitaire a été retoqué par des oppositions majoritaires, mardi soir. Le texte prévoyait la possibilité de réinstaurer un pass sanitaire aux frontières en cas d'aggravation de la situation sanitaire liée au Covid-19.

L'article en question a été rejeté grâce à un vote conjoint des oppositions (RN, LR et Nupes), toutes contre le pass sanitaire. Le gouvernement a pu faire adopter ce qu’il restait du projet de loi, par 221 voix contre 187. "L'opposition a fait son travail et la majorité étant relative, elle n'a pas pu bloquer l'opposition", résume Sébastien Chenu. Le gouvernement "ne peut plus tout faire comme un bulldozer, comme il l'a fait les cinq années précédentes".

"Ce texte vient dire au gouvernement ‘Vous avez fait fausse route. Vous vous êtes trompé. On ne va pas recommencer’."

Sébastien Chenu

à franceinfo

Il nie pourtant toute alliance entre les trois forces : "Sur les textes, les députés ne se prononcent pas en fonction de ce que font les autres, mais en fonction de ce qu'ils défendent" explique-t-il. "Lorsque la majorité fait passer l'article 1, par exemple, elle a une majorité pour le faire. Elle a donc les voix de la France insoumise et les voix des Républicains." Il explique également qu'il n'y a pas eu de discussions ou d'accord entre les oppositions : "Il ne s'agit pas de s'allier pour ou contre un texte. Il s'agit de voter en fonction des convictions et des idées que nous défendons".

Cette nouvelle dynamique remplit d'optimisme le vice-président du palais Bourbon qui "voit" désormais "se dessiner demain une majorité pour réintégrer les soignants" suspendus pour avoir refusé de se faire vacciner, et il s'en "félicite".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.