Cet article date de plus de deux ans.

Restrictions sanitaires dans les Pyrénées-Orientales : c'est "indispensable pour réussir l'été", selon le restaurateur Jean Plouzennec

A partir de dimanche 18 juillet et pour deux semaines en Pyrénées-Orientales, les bars, restaurants et établissements de plage seront fermés entre 23 heures et 6 heures.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
La terrasse d'un restaurant à Colioure (Pyrénées-Orientales) le 19 mai 2021. (ALINE MORCILLO / HANS LUCAS)

"Ce décret est là pour rappeler aux gens qu'il est indispensable de faire attention pour que l'on puisse réussir l'été", a affirmé samedi 17 juillet sur franceinfo le restaurateur Jean Plouzennec président fondateur des Toques Blanches du Roussillon, après les restrictions sanitaires décidées par le préfet du département. Étienne Stoskopf a annoncé le même jour la fermeture des bars, restaurants et établissements de plage entre 23 heures et 6 heures à partir de dimanche 18 juillet et pour deux semaines, une décision motivée par une "croissance vraiment exponentielle" des contaminations au Covid-19 et un "frémissement" dans les hôpitaux des Pyrénées-Orientales.

"On ne pas louper la saison d'été parce qu'elle est trop courte, 14 juillet - 26 août. Et il faut essayer de la prolonger en septembre." Le restaurateur assure que les professionnels doivent "respecter les protocoles" et les "imposer aux clients, avec diplomatie".

Le pass sanitaire est "une sécurité" selon le restaurateur

Pour Jean Plouzennec, la mise en place du pass sanitaire est "une sécurité qui sauvera tout le monde". "S'il n'y a pas d'autre méthode pour assurer la sécurité sanitaire de tout le monde, il faudra y venir." Mais il estime que "si tout le monde respecte les mesures gouvernementales" comme la vaccination, "on devrait rapidement être en ouverture normale".

Refuser l'entrée dans un restaurant à une personne qui n'est pas vaccinée, ne sera "pas facile, mais les gens vont comprendre", pense le cuisinier. "Il faut limiter la casse. Il faut limiter les dégâts au maximum. Il faut que chacun y mette du sien." Et Jean Plouzennec rappelle : "Le pass sanitaire, c'est notre sauvegarde. Ce sera vraiment notre pass partout, notre pass touristique. Et avec cela nous aurons des vacances extraordinaires."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.