"On ne pouvait pas rester sans rien faire" : Le festival de musique "Les Déferlantes" aura bien lieu mais en version "XS"

Alors que la plupart des grands festivals de l'été ont été annulés, certains organisateurs profitent de l'amélioration de la situation sanitaire pour programmer une version réduite de leur événement. C'est le cas des Déferlantes d'Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), près de Perpignan.

Un concert de rock (photo d\'illustration).
Un concert de rock (photo d'illustration). (LIONEL VADAM / MAXPPP)

Initialement prévues la semaine prochaine, puis annulées, les Déferlantes reviendront finalement à la fin du mois d'août, dans une version réduite. "On ne pouvait pas rester sans rien faire ni tenter quelque chose", a expliqué samedi 4 juillet sur franceinfo le directeur de ce festival, David Garcia. Qui souhaite que cet événement "XS" permette aux Déferlantes de garder le lien avec le public, et avec ses prestataires habituels dans l'événementiel, très durement frappés par la crise.

Les Déferlantes devaient se tenir la semaine prochaine, finalement ce sera à la toute fin de l'été, du 28 au 30 août prochain... L'annulation pure et simple, c'était trop douloureux ?

"C'est ça, on ne pouvait pas rester sans rien faire ni tenter quelque chose. Là, on a une fenêtre de tir, et puis voilà, on l'a prise, en concertation avec les services de la préfecture, et puis ce n'est pas fini, il y a encore d'autres réunions de travail. Dès le début de la crise, après l'annulation, on a été poussé par le public à faire quelque chose, quelque chose de virtuel, mais ça ne nous correspondait pas, puisque moi je fais des concerts avec du public depuis 26 ans. Après, on a eu l'idée de s'associer avec des cinémas pour faire un drive-in festival, mais franchement pour les artistes, jouer devant des voitures, ça les branchait pas, et puis nous non plus. Et puis à un moment donné, avec les réunions en préfecture, on s'est demandé si on pouvait utiliser le fameux décret des moins de 5 000 spectateurs, avec certaines mesures. On utilise un tiers de la jauge, on investit dans des thermomètres pour la température, du gel hydroaloccolique, on met en place tout un système, on a encore des réunions.

A quoi vont ressembler les Déferlantes au mois d'août ?

J'ai fait la programmation en douze jours, les artistes ont répondu présent, et donc on l'a annoncé très vite. On a appelé ça les Déferlantes XS. Habituellement il y a quatre scènes. Là il y aura juste la scène principale, avec vue sur la mer. Et comme c'est un amphithéâtre naturel, le public n'est pas obligé de s'agglutiner près de la scène pour voir les concerts, on garde une proximité avec le public. On aura deux immenses bars, des food trucks. Le parc principal avec une seule et même scène.

Avez-vous dû réduire le nombre d'intermittents et de personnes qui travaillent sur ce festival ?

Oui forcément, le festival est plus petit, donc le travail est moindre. Mais on a beaucoup de prestataires qui se retrouvaient avec rien du tout, donc là au moins ça va leur faire un peu de chiffre d'affaires, au moins pour leurs employés permanents. Dans les équipes, on va aussi privilégier ceux qui en ont le plus besoin. Notre motivation aussi, c'est de ne pas laisser la fracture trop longtemps en place, parce qu'après on aurait du mal à ressouder les os pour 2021. Là, l'objectif c'est de montrer au public qu'on l'a fait, que ça s'est bien passé, et qu'on peut réflechir positivement pour 2021.