"On aurait dû faire une FIAC, même en petit format, pour créer de l'activité", regrette le directeur de la rédaction de "Beaux-Arts Magazine"

Fabrice Bousteau réagit à l'annonce de l'annulation de la Foire internationale d'art contemporain de Paris, dernier espoir d'événement dans ce secteur.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Photo de la Fiac 2019, sous la nef du Grand Palais à Paris. (ANNE CHÉPEAU / FRANCE-INFO)

L'épidémie de coronavirus a eu raison de la FIAC, le grand rendez-vous des amateurs d'art contemporain, l'un de leurs événements les plus importants. L'édition 2020, initialement prévue du 22 au 25 octobre au Grand Palais, n'aura pas lieu cette année à Paris, a fait savoir l'organisateur lundi soir.

"On aurait dû faire une FIAC, même en petit format, pour créer de l'activité", regrette Fabrice Bousteau, directeur de la rédaction de Beaux-Arts Magazine, invité de franceinfo le 14 septembre. Et ne surtout pas annuler. "Quand on vit une période difficile culturellement, économiquement, socialement, il aurait fallu au contraire multiplier les activitésIl faut créer de l'activité, de l'énergie. On ne peut pas juste attendre que le Covid passe", assure le journaliste d'art.

La France doit, par son imagination, créer des actions culturelles en permanence, en dépit des difficultés, en respectant les gestes barrières et avec une nouvelle manière de vivre. Il faut agir. Il ne faut pas être passif. 

Fabrice Bousteau, directeur de la rédaction de "Beaux-Arts Magazine"

à franceinfo

La FIAC avait prévu de communiquer ce mois de septembre sur sa décision de maintenir ou d'annuler la foire. "C'était une attente très, très, très difficile à accepter de la part des Galeries, mais aussi des gens qui font de la scénographie, des gens qui font du graphisme, de la communication, et les artistes", explique-t-il.

D'autres évènements d'art contemporain ont été annulés ces derniers mois mais "il y avait un espoir pour Paris". Compte-tenu de l'épidémie, il était clair que les Américains et Chinois ne viendraient pas à la FIAC. En revanche, ajoute Fabrice Bousteau, "tout le monde pensait que les Suisses, les Belges, les Allemands, voire les Anglais viendraient. Mais le Covid rend difficile l'organisation d'une foire internationale."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.