Nouvelle journée d'action dans l'Education nationale : "La colère des enseignants n'est pas totalement retombée", affirme le SNUipp-FSU

Un nouvel appel à la grève a été lancé par plusieurs syndicats pour jeudi 20 janvier dans les écoles, collèges et lycées après le mouvement d'ampleur de jeudi dernier.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des manifestants pour protester contre la gestion de la crise sanitaire dans le monde de l'éducation, à Paris le 13 janvier 2022. (THOMAS SAMSON / AFP)

"La colère des enseignants n'est pas totalement retombée", a affirmé lundi 17 janvier sur franceinfo Guislaine David, co-secrétaire et porte-parole du SNUipp-FSU, alors qu'une nouvelle journée d'action est prévue jeudi 20 janvier dans l'Education nationale. Les syndicats FSU, CGT Educ'action, FO et SUD Education, ainsi que la FCPE, première organisation de parents d'élèves, et les mouvements lycéens Fidl, MNL et La Voix lycéenne appellent à "poursuivre la mobilisation", en s'engageant "dans une nouvelle journée d'action le 20 janvier, y compris par la grève".

Cette journée "ne prendra pas la même forme partout", souligne Guislaine David : "Dans certains départements, cela pourra être la grève selon les décisions locales. Et dans d'autres départements, ce sera des rassemblements le midi ou le soir devant la DSDEN [direction des services départementaux de l'éducation], devant les rectorats, mais aussi la manifestation par l'affichage de banderoles sur les écoles pour montrer que la colère des enseignants n'est pas totalement retombée."

Des questions "toujours en suspens"

La représentante du SNUipp-FSU souligne que la "colère exprimée jeudi dernier" à l'occasion de la précédente journée de grève largement suivie, "est profonde et a du mal à retomber, parce que les discussions avec le Premier ministre jeudi soir n'ont pas permis de répondre à toutes les interrogations et à toute la colère des enseignants". Si les syndicats ont "obtenu certaines réponses très claires" à leurs questions, "d'autres sont toujours en suspens".

Guislaine David évoque "notamment à la question des postes et du collectif budgétaire" demandé par les syndicats. "Nous avions demandé à ce qu'il y ait la mise en place de plus de postes pour les écoles. Nous avions demandé aussi un certain nombre de choses en termes de politique éducative qui n'ont pas abouti."

"On a eu une ouverture de discussion avec le ministre jeudi, qui a montré d'ailleurs le désaveu du ministre de l'Education nationale sur des questions sanitaires."

Guislaine David, SNUipp-FSU

à franceinfo

Sur la question des salaires, le SNUipp-FSU ajoute qu'"il y aura aussi la grève du 27 janvier, qui est une grève plus large dans la fonction publique, mais qui amènera aussi les enseignants en grève". Guislaine David en appelle également aux candidats à l'élection présidentielle. "Il faut que l'école soit vraiment au centre de cette campagne. Malheureusement, elle n'y est pas", regrette la représentante du SNUipp-FSU : "Il faut aussi que les candidats à l'élection présidentielle montrent leur intérêt pour l'école. La crise que l'école vit en ce moment est importante à mettre dans les débats."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.