Nouvelle-Calédonie : face à la grogne, l'obligation vaccinale dans les secteurs "sensibles" est reportée à fin décembre

Actuellement, 55,2% de la population totale de l'île dispose d'un schéma vaccinal complet.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un pompier administre une dose de vaccin à une membre de la tribu Kouma, le 11 octobre 2021 près de La Foa (Nouvelle-Calédonie). (THEO ROUBY / AFP)

Un délai, en attendant un consensus sur le fond. Gouvernement, élus et partenaires sociaux de Nouvelle-Calédonie ont trouvé un accord, samedi 23 octobre, lors d'une table ronde sociale pour reporter du 31 octobre au 31 décembre 2021 l'obligation vaccinale dans les secteurs dits "sensibles", en raison de la multiplication des tensions.

Frappée depuis le 6 septembre par une virulente épidémie de Covid-19, qui a fait jusqu'alors 252 morts, la Nouvelle-Calédonie avait voté quelques jours auparavant en faveur de la vaccination obligatoire pour plusieurs secteurs (santé, transports, forces de l'ordre, médias...) au 31 octobre et pour toute la population au 31 décembre. Le pass sanitaire a par ailleurs été mis en place le 11 octobre afin de permettre une adaptation du confinement, qui reste en vigueur le week-end jusqu'à fin octobre.

Un peu plus de la moitié de la population complètement vaccinée

Deux outils de contrôle de l'épidémie qui divisent la population. Manifestations, blocages et préavis de grève ont été portés par plusieurs syndicats et associations anti-vaccin, mais également par certains responsables coutumiers kanak, notamment dans la province des îles Loyauté.

Au terme d'une matinée d'échanges, les participants ont donc décidé qu'une proposition de loi serait déposée au Congrès local, lundi, pour demander un report de l'obligation vaccinale pour ces secteurs d'activité au 31 décembre.

Actuellement, 55,2% de la population totale de Nouvelle-Calédonie dispose d'un schéma vaccinal complet. Le taux d'incidence est en repli, ainsi que la pression hospitalière, mais les autorités craignent un rebond. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.