"Nous sommes sur la bonne voie" pour espérer une immunité collective à la fin de l'été, selon la présidente du comité scientifique vaccin Covid-19

Près de 32,9 % de la population française a au moins reçu une première injection du vaccin contre le Covid-19.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un jeune de 18 ans reçoit une dose du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19 au centre de vaccination de Baleone à Ajaccio (Corse), le 13 mai 2021. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

"Nous sommes sur la bonne voie" pour espérer une immunité collective d'ici à la fin de l'été, a déclaré jeudi 20 mai sur franceinfo Marie-Paule Kieny, vaccinologue, présidente du comité scientifique vaccin Covid-19 France et directrice de recherche à l'Inserm, alors que le Premier ministre a annoncé l'élargissement de la vaccination à l'ensemble des majeurs à partir du 31 mai. Ce jeudi, 32,9 % de la population française a au moins reçu une première injection.

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie de Covid-19 dans notre direct.

"Si ça se poursuit à ce rythme, nous sommes vraiment sur la bonne voie", a salué la vaccinologue, qui estime cependant que "ce virus nous a appris à ne pas être trop confiant." Marie-Paule Kieny a également salué cet élargissement aux populations les plus jeunes car "on a besoin que les jeunes personnes aient envie de se faire vacciner parce qu'il faudrait que 80% de la population soit vaccinée pour qu'on qu'on atteigne cette immunité de population qui permettrait donc d'empêcher presque complètement la circulation du virus."

"Pour ça, il ne faut pas seulement les personnes âgées qui se fassent vacciner", a-t-elle ajouté. "Il faut ce soient les jeunes, donc le fait que les jeunes comprennent que pour pouvoir sortir, pour pouvoir retourner vers une vie plus normale, il faut qu'ils se fassent vacciner, je pense que c'est très bien."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.