Non l’eau du robinet n’est pas positive au Covid-19 comme l’affirment plusieurs vidéos

Depuis août 2021, des vidéos montrant un autotest positif après avoir été passé sous l’eau circulent sur les réseaux sociaux. Cette démarche relève d’un “mésusage du test” qui fausse le résultat, qu’il soit positif ou négatif. 

Article rédigé par
Salomé Boulet - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Capture écran d'un tweet qui diffuse la vidéo.  (CAPTURE ECRAN TWITTER)

Après le soda, le jus du citron ou même la compote, c’est au tour de l’eau du robinet d’être pointée du doigt. Selon une vidéo postée mardi 4 janvier 2022 sur Twitter, l’eau serait positive au Covid-19. Un autotest est brandi devant une caméra et passé sous un filet d’eau. Progressivement, une bande rouge apparaît puis une deuxième. Une voix masculine commente cette apparition : “Ça commence à s’afficher tout doucement… Voilà, deux barres donc testé positif avec de l’eau du robinet. Trop bien les tests Covid ! Faut boire de l’eau du robinet, comme ça on a tous le Covid !” Si le résultat du test se revèle positif, il n’est pas fiable pour autant car l'autotest n'est pas utilisé dans de bonnes conditions. 

Les conditions de réalisation non respectées

Arrivés en France le 12 avril 2021, les autotests détectent la présence du virus dans 80% des cas s’ils sont bien effectués. La différence entre un autotest et un test antigénique réside dans la manière de réaliser le prélèvement. Le premier est effectué par un particulier, le second par un professionnel. Ainsi, la Haute Autorité de santé (HAS) rappelle que, pour s’assurer de la fiabilité de l’autotest, il faut respecter les conditions de réalisation. 

La personne à l’initiative du test positif partagé sur Twitter mardi 4 janvier 2022 ne suit pas ces recommandations. Pour réaliser un autotest, il est impératif de mélanger le liquide prélevé avec le réactif d’extraction présent dans le kit. Dans la vidéo du 4 janvier 2022, l’autotest est directement placé sous le robinet. Le diluant n’est pas utilisé. “Si on fait n’importe quoi avec le réactif d’extraction, le résultat n’est pas fiable”, affirme Cédric Carbonneil, chef du service évaluation des actes professionnels à la Haute Autorité de santé (HAS). En d’autres termes, si ce qui est posé sur la bandelette est différent de ce que stipule la notice, le résultat sera forcément faussé. 

D’autres vidéos similaires déjà partagées

Des vidéos de ce type avaient déjà inondé les réseaux sociaux cet été concernant la positivité d’un autotest AAZ après avoir été passé sous l’eau. Contacté à nouveau, le fabricant français conteste la fiabilité du résultat et réaffirme le “mésusage du test”. L’entreprise a d’ailleurs porté plainte contre un pharmacien ayant diffusé une vidéo d’un test positif après avoir reçu quelques gouttes de Coca-Cola.

Pour s’assurer de la fiabilité d’un autotest, il faut donc suivre attentivement les consignes : se laver les mains, introduire l’écouvillon verticalement dans une première narine sur 2 à 3 centimètres, tourner 5 fois, répéter dans la deuxième narine puis introduire l’écouvillon dans le tube contenant le réactif d’extraction et tourner pendant 30 secondes. Enfin, verser quelques gouttes du liquide sur l’autotest. Si le résultat est positif, il faut déclarer son résultat sur  monautotest.gouv.fr 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.