Le Covid-19 n'est-il responsable que de 6% des morts qui lui sont attribuées aux Etats-Unis, comme le dit Donald Trump ?

Cette théorie du complot qui circule sur les réseaux sociaux repose sur une lecture trompeuse du bilan épidémiologique établi par une agence fédérale américaine. Le Covid-19 peut entraîner des complications qui conduisent à la mort des patients, mais cela ne signifie pas que la maladie ne soit pas responsable de leur décès.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Le président américain, Donald Trump, le 3 septembre 2020 à Latrobe, en Pennsylvanie (Etats-Unis), lors d'un meeting de campagne pour la présidentielle. (MANDEL NGAN / AFP)

Le bilan de la pandémie de Covid-19 aurait-il été truqué ? De nombreux internautes le laissent entendre sur les réseaux sociaux depuis la fin du mois d'août. Voici ce qu'ils affirment : aux Etats-Unis, 94% des personnes dont la mort est attribuée au coronavirus auraient en réalité succombé à d'autres maladies. Le Covid-19 ne serait en fait responsable que de 6% seulement des décès comptabilisés depuis le début de l'épidémie. Un rapport d'une agence fédérale américaine, le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), le révélerait. Cette affirmation est-elle vraie ou "fake" ?

Coutumier des "fake news", le président américain lui-même a relayé la rumeur auprès de ses plus de 85 millions d'abonnés sur Twitter, samedi 29 août, jusqu'à ce que le réseau social supprime son message, qui enfreignait les règles d'utilisation. Donald Trump a partagé le tweet d'une certaine "Mel Q", dont le "Q" du pseudonyme évoque la mouvance conspirationniste QAnon et l'émoticône de grenouille qui l'accompagne, Pepe The Frog, mascotte de l'extrême droite américaine. 

Voici ce qu'écrit "Mel Q" : "Cette semaine, le CDC a discrètement mis à jour ses statistiques du Covid pour reconnaître que seulement 6% de tous les 153 504 morts répertoriés [aux Etats-Unis] étaient en réalité morts du Covid. Cela fait 9 210 décès. Les autres 94% avaient deux, trois autres maladies sérieuses et l’écrasante majorité étaient d’un âge très avancé." 

Le site d'extrême droite américain The Gateway Pundit (en anglais) a contribué à donner de l'écho à cette thèse complotiste. Il a notamment été relayé sur Twitter par l'avocate de Donald Trump et conseillère juridique de sa campagne présidentielle, Jenna Ellis. Des messages similaires ont été postés sur des comptes Twitter et Facebook américains comme français, suscitant des milliers de commentaires et de partages, sans être systématiquement signalés comme trompeurs par les réseaux sociaux. 

Certaines de ces publications intègrent des captures d'écran, voire un lien vers une page du site internet du CDC (en anglais) sur laquelle cette agence fédérale américaine qui suit l'évolution de l'épidémie sur le territoire des Etats-Unis présente son rapport épidémiologique hebdomadaire. Les photos reproduisent le tableau numéro 3 du rapport du CDC, qui s'intéresse aux "comorbidités" des malades morts du Covid-19 aux Etats-Unis. Ce que les médecins appellent "comorbidités", ce sont les problèmes de santé dont souffrent déjà certains patients, avant de contracter une autre maladie. Ce sont aussi les pathologies qui s'ajoutent à une autre, lorsque cette dernière s'installe dans l'organisme : l'obésité, le diabète, les maladies cardiaques, respiratoires et rénales chroniques.

Capture d'écran d'un extrait d'un tableau figurant dans le rapport épidémiologique du CDC américain sur l'épidémie de Covid-19. (US CDC)

Après étude des certificats de décès qui lui sont transmis depuis le début de l'épidémie, le CDC dresse le constat suivant : "Pour 6% des décès, le Covid-19 était la seule cause mentionnée." C'est ce pourcentage qui est détourné de sa signification réelle par les internautes propageant cette théorie du complot. Cette statistique signifie que, dans 6% des morts, "le Covid-19 est la seule cause renseignée sur le certificat de décès", explicite à l'AFP Factuel Bob Anderson, responsable des statistiques de mortalité au Centre national des statistiques de santé (NCHS), une des branches du CDC américain.

Mais cela ne signifie pas que les 94% des décès restants sont attribués à tort au Covid-19 et sont en réalité dus à d'autres maladies. Cela veut simplement dire que sur 94% des certificats de décès imputés au Covid-19, "un autre élément était indiqué, soit une complication, soit un facteur contributif", précise Bob Anderson.

"Le Covid-19 est la cause sous-jacente du décès"

Car, comme le souligne le statisticien, "on meurt rarement du Covid-19 sans qu'il n'ait causé des complications""Vous pouvez avoir des insuffisances respiratoires ou des pneumonies causées par le Covid-19", illustre-t-il à l'AFP. Dans les cas les plus graves, ce n'est pas le virus qui provoque directement la mort du patient, mais les complications qu'il a entraînées (des défaillances d'organes vitaux, notamment).

Dans son rapport épidémiologique, le CDC note d'ailleurs qu'"en moyenne, 2,6 facteurs additionnels" sont indiqués dans les certificats de décès mentionnant d'autres pathologies ayant contribué à la mort du malade. Sur les 169 044 morts américains du Covid-19 recensés par le CDC au 2 septembre, la grippe et la pneumonie sont ainsi inscrites comme comorbidités ayant contribué à la mort pour 71 700 d'entre eux. L'arrêt respiratoire pour 57 502, les maladies liées à l'hypertension pour 37 314, le diabète 27 528...

"Un risque plus élevé de tomber gravement malade et de mourir"

Ce constat n'est pas propre aux Etats-Unis. De ce côté-ci de l'Atlantique, Santé publique France l'observe également. Dans son point épidémiologique hebdomadaire, l'institution note que des comorbidités sont renseignées dans 66% des certificats de décès mentionnant le Covid-19. L'hypertension artérielle est indiquée dans 25% des cas et les pathologies cardiaques dans 34%. Sur l'ensemble de ces certificats de décès, seules 2,8% des personnes décédées ne présentaient pas de comorbidité (et étaient âgées de moins de 65 ans). 

Dans une note de synthèse parue en juillet, Santé publique France rappelle que les études menées par les médecins et chercheurs du monde entier sur le Covid-19 soulignent combien l'infection au Sars-CoV-2 est associée à différentes comorbidités.

"Les patients qui ont une comorbidité telles que le diabète, l'hypertension ou l'obésité ont un risque plus élevé de tomber gravement malade et de mourir du Covid", confirme à Reuters (article en anglais) Maja Artandi, directrice médicale d'une clinique pour malades du coronavirus rattachée à l'université américaine de Stanford. Car, décrit-elle, le Covid-19 "peut causer de graves dommages aux organes, tels que les poumons, ce qui entraîne une insuffisance respiratoire et la mort". Comme le souligne le statisticien Bob Anderson à l'AFP, tenir la comptabilité de ces comorbidités permet "aux gens de savoir s'ils sont des personnes à risque".

La suppression de son tweet mensonger n'a pas empêché Donald Trump de reprendre cette "fake news" dans une interview sur Fox News le 1er septembre. "Au fait, j'ai vu une statistique sortir l'autre jour, disant qu'environ 6% seulement des gens mourait réellement du Covid-19, ce qui est très intéressant, qu'ils soient morts pour d'autres raisons", a glissé le président américain. La journaliste qui interrogeait le locataire de la Maison Blanche a rappelé aux téléspectateurs qu'il trahissait la vérité. "Mais c'est une statistique intéressante", a-t-il répliqué. Intéressante, peut-être. Déformée, sûrement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.