Le billet vert, France info

Le billet sciences. Canicules annoncées, le réchauffement climatique est là !

Des canicules deux fois plus fréquentes d'ici 2050, c'est ce que prévoient les climatologues. La France a connu son premier pic de chaleur cette semaine. Depuis le 1er juin 2020, le plan national canicule est activé avec de nouveaux outils adaptés au contexte de l’épidémie de coronavirus.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Coucher de soleil en Normandie, à Regnéville-sur-Mer, dans la Manche, sur les marais asséchés par la canicule. 
Coucher de soleil en Normandie, à Regnéville-sur-Mer, dans la Manche, sur les marais asséchés par la canicule.  (GETTY IMAGES / PHOTONONSTOP RF)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les périodes de fortes chaleurs se succèdent de plus en plus rapidement, quelles sont les conséquences sur notre quotidien ? 

Des mesures de Météo France qui font peur  

Depuis que les mesures de Météo France existent, le printemps 2020 est le deuxième le plus chaud de l’histoire après celui de 2011. L’Organisation météorologique mondiale annonce un été chaud, voire caniculaire. Le réchauffement climatique est à bien là, à notre porte. Un signe qui ne trompe pas : avril 2020 a été aussi chaud que celui de 2016 alors qu'il y a quatre ans, El Niño un phénomène météorologique qui amène des courants chauds depuis les eaux du Pacifique, perturbait le climat.

Problème, cette année pas d’El Niño mais les températures sont les mêmes, l’homme a donc bien un impact sur le climat.  

Le réchauffement global fait que les saisons chaudes sont de plus en plus fréquentes. Si on ne fait rien, les zones, disons, raisonnablement "habitables" dans de bonnes conditions, vont se réduire.

Alain Mazaud, climatologue

Nous serons bientôt 8 milliards d’habitants sur terre, et autant de consommateurs qui font rouler 1, 2 milliards de voitures, dont seulement 8 millions sont électriques. Même si elles devenaient toutes électriques, il faudrait pour les recharger, produire de l’énergie qui avec ses 80% d’origine fossile, est la première cause du réchauffement climatique.  

De nombreuses conséquences  

Les fortes chaleurs estivales ont aussi un impact fort sur notre mode de vie. Le manque d’eau se fait par exemple de plus en plus ressentir, et bien que la planète soit recouverte à 70% d'eau, un être humain sur trois est encore privé d’accès à l’eau potable, alors que nos besoins ne cessent d’augmenter. Les productions agricoles sont également touchées. Selon l’Agence européenne pour l’environnement (AEE), les effets globaux du changement climatique pourraient entraîner une perte de revenus agricoles dans l’UE pouvant atteindre 16% d’ici à 2050. La question est : pourrons-nous nous adapter à temps ?  

Les fortes chaleurs accélèrent la vente de climatiseurs, ce qui n’est pas sans conséquences   

Selon l’agence internationale de l’énergie, on devrait passer de 1 milliard et demi à 6 milliards de climatiseurs dans le monde dans quelques années. Il faudra répondre à l’immense demande d’électricité pour satisfaire la demande. Sans oublier qu’en climatisant vous rejetez de la chaleur à l’extérieur. Il faut donc isoler les bâtiments, arrêter le gaspillage énergétique, augmenter les énergies renouvelables, et tout cela peut être générateur d’emplois.  

On estime qu’en France, réussir la transition énergétique créerait 600 000 à 900 000 emplois nets d’ici 2050, c’est aussi synonyme de dynamisme économique, c’est vraiment une modification complète de notre système économique, il ne s’agit pas simplement de diminuer l’activité, il faut changer nos modes de développement.

     

Ces fortes chaleurs représentent un danger double avec la pandémie actuelle  

le Global Heat Health Information Network (GHHIN) craint que les pathologies développées lors des vagues de chaleur ne s'ajoutent à la maladie du coronavirus. Bien que les conditions environnementales semblent jouer un rôle limité dans l'apparition du coronavirus Covid-19, le temps chaud peut s'ajouter aux effets du virus sur les patients.  

La chaleur peut également pousser les gens à ne plus respecter les gestes barrières, notamment la distanciation sociale, comme cela se voit déjà en France dans les parcs ou sur les littoraux. Si la canicule devait sévir comme durant l’été 2003, qui avait provoqué le décès prématuré de 20 000 personnes, avec la pandémie du Covid-19, ce serait la double peine, surtout pour les personnes fragiles.  

Tout se résume en un seul mot : anticiper, et puis être inventif pour que la société que nous léguerons à nos enfants soit supportable.

Coucher de soleil en Normandie, à Regnéville-sur-Mer, dans la Manche, sur les marais asséchés par la canicule. 
Coucher de soleil en Normandie, à Regnéville-sur-Mer, dans la Manche, sur les marais asséchés par la canicule.  (GETTY IMAGES / PHOTONONSTOP RF)