Jauge de 5 000 personnes dans les stades : le directeur de la LFP se dit "très étonné" par cette règle et dénonce un "deux poids, deux mesures"

Didier Quillot estime que le protocole sanitaire va conduire à trop grand nombre de reports de match avec un calendrier "extrêmement congestionné".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le directeur éxécutif de la Ligue de football professionnel (LFP) Didier Quillot. (FRANCK FIFE / AFP)

"Nos clubs ont demandé des dérogations qu'ils n'ont pas obtenues", a regretté, samedi 22 août sur franceinfo, Didier Quillot, directeur exécutif de la ligue de football professionnel (LFP), alors que la jauge maximum de spectateurs dans les stades est fixé à 5 000 personnes, en raison de la situation sanitaire. "Je suis très étonné par cela. Il est tout à fait possible de recevoir plus de 5 000 personnes dans un stade comme celui de Lille qui a 50 000 places", défend-t-il.

L'éxemple du Puy du Fou

Didier Quillot appelle les préfets à plus de compréhension vis à vis des clubs qui, selon lui, "travaillent bien" et respectent le protocole mis en place. "On sait accueillir du public", ajoute le directeur exécutif de la LFP qui revendique le droit à des dérogations pour aller au-delà de 5 000 spectateurs. "Surtout, lorsqu'on prend l'exemple du Puy du Fou le week-end dernier, où ils ont pu recevoir 9.000 spectateurs, il ne faut pas qu'il y ait deux poids, deux mesures. Sinon, les organisateurs de spectacles, qu'ils soient sportifs ou culturels, ne peuvent pas comprendre", a fait valoir Didier Quillot.

Le directeur de la LFP s'est aussi positionné contre "le protocole qui a été établi par les médecins de la Fédération française de football qui prévoit qu'un cas positif représente un cluster". Il se dit en désaccord avec cette "doctrine" et demande la suspension de ce protocole qui risque selon lui de conduire à des reports de matchs alors que le calendrier "est déjà extrêmement chargé, extrêmement congestionné, avec l'Euro 2021 qui aura lieu dès le début du mois de juin 2021". "Il faut qu'on puisse jouer", conclut Didier Quillot.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.