Hongrie : Viktor Orban annonce un confinement partiel dès mercredi

Les rassemblements vont être interdits, les restaurants seront fermés, et les événements culturels et de loisirs annulés, a annoncé le Premier ministre. Dans les lycées et les universités, les cours se feront à distance.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, devant le Conseil européen, à Bruxelles, le 16 octobre 2020. (JOHANNA GERON / AFP)

Jusqu'ici réticent à durcir les restrictions, le voici obligé de réagir. Face à la deuxième vague de la pandémie de Covid-19, le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a annoncé lundi 9 novembre un confinement partiel dans son pays à partir de mercredi 11 novembre.

Les rassemblements vont être interdits, les restaurants fermés, les événements culturels et de loisirs annulés et le couvre-feu étendu de 20 heures à 5 heures, a indiqué Viktor Orban dans une vidéo diffusée sur Facebook.

Pour une durée de 30 jours minimum

Les rencontres sportives sont maintenues en Hongrie, mais elles se tiendront à huis clos. Du côté de l'éducation, les crèches et les écoles resteront ouvertes. Mais dans les lycées et les universités, les cours seront désormais assurés à distance. Ces mesures, qui doivent encore être approuvées mardi 10 novembre par le Parlement, doivent être mises en place pour une durée de 30 jours minimum.

Le pays d'Europe centrale d'un peu moins de 10 millions d'habitants a enregistré près de 2 500 décès imputables au Covid-19 et près de 115 000 cas d'infections depuis le début de la pandémie, avec une explosion ces dernières semaines.

Le 6 novembre, le Premier ministre souverainiste espérait encore échapper à un confinement. "Les gens veulent que la Hongrie continue à fonctionner et l'économie doit être protégée comme les vies", confiait-il à la radio publique. "Nous voyons le bout du tunnel, nous avons de plus en plus de bonnes nouvelles concernant les vaccins." Le gouvernement hongrois compte importer, en décembre, pour des essais cliniques, de "petites quantités de vaccins" originaires de Russie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.