Eurotunnel : les restrictions de voyages assouplies pour les Britanniques transitant par la France pour regagner leur résidence européenne

De nombreux ressortissants britanniques se sont rendus au Royaume-Uni pour les fêtes de fin d'année et rencontrent "des difficultés à rejoindre leur pays de résidence", selon le ministère de l'Intérieur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une voiture s'apprête à emprunter le tunnel sous la Manche pour rejoindre le Royaume-Uni, à Coquelles (Pas-de-Calais), le 31 janvier 2020. (DENIS CHARLET / AFP)

Un assouplissement "pour les fêtes de fin d'année". La France allège les restrictions pour les Britanniques souhaitant transiter par l'Hexagone afin de regagner leur résidence européenne, ont annoncé le ministère de l'Intérieur et l'opérateur Eurotunnel, jeudi 30 décembre, alors que de nouvelles restrictions françaises liées au Covid-19 suscitent la confusion au Royaume-Uni.

De nombreux ressortissants britanniques se sont rendus "de bonne foi" au Royaume-Uni pour les fêtes de fin d'année et "éprouvent des difficultés à rejoindre leur pays de résidence", a déclaré le ministère de l'Intérieur auprès de l'AFP. La place Beauvau a décidé d'adresser des "consignes de tolérance" aux effectifs de police aux frontières afin que chacun puisse rejoindre sa résidence. La levée des restrictions s'applique aussi aux automobilistes britanniques empruntant des ferries pour traverser la Manche.

Londres avait demandé "en urgence des clarifications"

Le blocage concernait les Britanniques officiellement résidents d'un pays de l'Union européenne autre que la France et qui, pour s'y rendre, traversent habituellement le territoire français en voiture. Ceux qui résident en France n'étaient pas concernés, ni les passagers des trains Eurostar.

Le ministère des Affaires étrangères britannique avait demandé "en urgence des clarifications de la part du gouvernement français", et conseillé à ses ressortissants de se renseigner auprès des transporteurs avant de voyager. Le ministère de l'Intérieur français avait de son côté déclaré auprès de l'AFP qu'il s'agissait de l'application des consignes aux frontières, mises à jour le 18 décembre, et imposant un "motif impérieux" pour entrer sur le territoire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.