Etats-Unis : les destructions d'emploi ont bondi de 231% depuis janvier, un nouveau record

Avant la pandémie de Covid-19, le taux de chômage était à son plus bas niveau en 50 ans (3,5%) dans le pays. En juillet, il s'est établi à 10,2% contre 11,1% en juin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des voyageurs dans la gare de Grand Central, à New York, le 27 mai 2020.  (MICHAEL PORTILLO / ONLY WORLD / AFP)

Le coronavirus a touché de plein fouet le marché du travail aux Etats-Unis. Le nombre d'emplois détruits depuis janvier par les entreprises américaines a bondi de 231% par rapport à la même période en 2019, et atteint un record, selon une étude publiée jeudi 3 septembre par le cabinet de consultants Challenger, Gray & Christmas. En août, 115 762 emplois ont été détruits par les entreprises basées dans le pays, pour un total de 1,96 million depuis janvier.

C'est désormais plus qu'en 2001, année au cours de laquelle 1,95 million d'emplois avaient été détruits, ce qui constituait le record depuis que ces données ont commencé à être compilées en 1993.

"Les entreprises comme les travailleurs font face à une incertitude croissante en raison du ralentissement de l'aide économique, de l'approche des élections et des problèmes de garde d'enfants", a commenté Andrew Challenger vice-président de Challenger, Gray & Christmas, cité dans le communiqué. Enfin, "de nombreux employés hésitent à retourner sur le marché du travail par peur d'être exposés au Covid-19", a-t-il ajouté.

Le secteur des transports et des loisirs les plus touchés 

En août, c'est le secteur des transports qui a détruit le plus grand nombre d'emplois : 26 545 (131 571 au total depuis janvier). "Les compagnies aériennes commencent à prendre des décisions en raison des voyages en baisse et d'une intervention incertaine de l'Etat fédéral [pour soutenir le secteur]", et les licenciements temporaires deviennent permanents, souligne Andrew Challenger.

United Airlines a ainsi annoncé mercredi que, sans une nouvelle aide, 16 000 salariés seraient licenciés en octobre. De son côté, American Airlines prévoit de se séparer de 19 000 salariés, tandis que Delta Air Lines a annoncé le congédiement de 1 941 pilotes.

Toutefois, sur l'ensemble de l'année, c'est le secteur des loisirs qui a le plus souffert, avec 799 051 emplois perdus, dont 17 271 en août.

Avant la pandémie, le taux de chômage était à son plus bas niveau en 50 ans (3,5%). En juillet, il s'est établi à 10,2% contre 11,1% en juin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.