Emploi : les rêves brisés des étudiants en aéronautique

Le secteur aéronautique est éprouvé par la crise, partout dans le monde. À Toulouse (Haute-Garonne), capitale de l'aéronautique, les demandeurs d'emplois dans ce secteur ont augmenté de 23% cette année.

France 3

Les avions sont cloués au sol. Licenciements en vue chez Air France et Airbus, l'aéronautique est malade du Covid. Pour toute une génération, se sont des rêves qui risquent de s'envoler. "C'est un peu une douche froide. Ça aurait été mieux de partir avant cette crise. Je suis quand même très très heureux d'avoir intégré la formation pilote", explique Quentin, élève pilote en 1ère année, samedi 10 octobre. "Depuis tout-petit, je rêve de travailler à Airbus. Je vais jusqu'au bout de mon rêve", témoigne Nassim Ben Chaoui, en bac pro aéronautique.

+23% de demandeurs d'emplois dans le secteur de l'aéronautique

À 22 ans, Cyril Laforgue avait réalisé son rêve : être recruté chez Airbus, juste après sa licence pro aéronautique. "J'ai travaillé là pendant deux ans, jusqu'à ce que le Covid arrive", explique-t-il. Il songe aujourd'hui à devenir ingénieur, toujours dans l'aéronautique. En attendant, il est venu grossir les statistiques de Pôle Emploi, à Toulouse. Jamais la capitale de l'aéronautique n'avait compté de jeunes au chômage dans ce secteur." Les demandes d'emplois, chez les jeunes, dans le secteur aéronautique ont augmenté de 23%. Sur une année. C'est une forte augmentation", explique Annick Sénat, directrice de Pôle Emploi Haute-Garonne.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des avions de la compagnie américaine American Airlines sur le tarmac de l\'aéroport de Tulsa, le 23 mars 2020.
Des avions de la compagnie américaine American Airlines sur le tarmac de l'aéroport de Tulsa, le 23 mars 2020. (NICK OXFORD / REUTERS)