Ehpad : les familles plus réticentes à placer leurs proches avec la crise sanitaire

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Ehpad : les familles plus réticentes à placer leurs proches avec la crise sanitaire
France 2
Article rédigé par
A.Jolly, L.Prigent, L.Krikorian, J-P.Rivalain, P.Miette - France 2
France Télévisions

Les premiers vaccinés contre le Covid-19 en France ont été les pensionnaires des Ehpad. Près de 75% ont reçu leurs deux doses, et le nombre de décès s'est effondré. Il y a pourtant toujours une réticence des familles de placer leurs parents dans ces établissements.

Dans l'Ehpad Saint-Just-en-Chevalet (Loire), le directeur Christophe Capron se sent en ce moment un peu seul dans les couloirs. "Comme vous pouvez le constater, on est sur des chambres qui sont effectivement vacantes. Vous avez les étiquettes qui sont vides", décrit-il. Sur les 91 chambres que compte l'établissement, 35 sont inoccupées. Certaines le sont de longue date, d'autres sont vides à cause de la crise sanitaire liée au Covid-19.

Des admissions suspendues en cas de cluster

"Concrètement, on n'a pas été en mesure de procéder à de nouvelles admissions pendant le premier confinement, donc sur mars-avril, et également en septembre-octobre car nous avons eu un premier cluster sur l'Ehpad", explique Christophe Capron. Dès qu'un foyer de contamination se forme, les admissions sont suspendues pour au moins trois semaines : pas de nouvelles admissions possibles, donc, et en parallèle, les demandes sont moins nombreuses. Depuis le début de l'épidémie, les familles se montrent plus réticentes à placer des membres de leur famille en Ehpad.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.