Concerts-tests à Montpellier : "Il faut que les gens jouent le jeu de l'étude sinon elle sera caduque", explique un organisateur

Un tiers du public sera dans la salle, les autres suivront le concert à distance. Tous sont invités à se faire tester sept jours après l'évènement. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un concert test avait déjà été organisé à Barcelone en Espagne en mars 2021.  (LLUIS GENE / AFP)

"Il faut que les gens jouent le jeu de l'étude", sinon elle "sera caduque", a prévenu jeudi 13 mai sur franceinfo Stéphane Ricchiero président de l’Association des producteurs et éditeurs de musique, co-producteur des concerts-tests organisés à la salle Secret Place dans la banlieue de Montpellier (Hérault). Le gouvernement a validé leur organisation à Paris et à Montpellier, mais pas à Marseille. Deux concerts auront lieu au Secret Place dans une configuration plus petite qu’à Bercy à Paris en collaboration avec le CHU de Montpellier.

franceinfo : Comment vont se dérouler les concerts ?

Stéphane Ricchiero : On va avoir deux concerts qui vont se suivre et il y aura 215 personnes par concert dans la salle et 430 personnes qui suivront le concert en distanciel. Cela va me permettre d'avoir un groupe contrôle et un groupe dans le concert.

Quel dispositif sanitaire sera mis en place ?

On a l'autorisation de faire deux concerts à l'intérieur. On a la chance d'avoir 600 mètres carrés à l'extérieur, ce qui nous permettra d'ouvrir un bar à l'extérieur. On ne va pas ouvrir le bar à l'intérieur de la salle. C'est vraiment trop problématique. En termes de conditions sanitaires, elles sont très strictes dans la salle. Bien sûr, les gens auront des masques, ils devront se passer les mains au gel. Il y a tout un circuit pour circuler dans la salle. Il y a une limite avec la scène. Évidemment, la salle est désinfectée et ventilée.

Les participants vont se faire tester 24 h avant les concerts ?

Non, pas du tout. On a la chance à Montpellier d’avoir le CNRS et la société Sys2Diag qui a développé des tests EasyCov. Ce sont des tests salivaires rapides et de masse. Et ça va nous permettre de tester les gens le matin du concert jusqu’à 15h. Ils auront leurs résultats positifs ou négatifs quarante minutes après dans leur téléphone. S'ils sont positifs, ils ne peuvent pas venir. Et ceux qui sont négatifs, il y aura un tirage, comme à Paris, avec un tiers qui pourra accéder aux concerts et des deux tiers qui resteront chez eux. Le concert est important, bien sûr, mais c'est surtout l'étude qui est importante. Il faut que les gens jouent le jeu de l'étude, c'est-à-dire que même ceux qui restent à la maison font partie de cette étude. Il faut qu'ils se sentent aussi concernés et qu’ils reviennent se faire tester sept jours après. C'est très, très important parce que sinon l'étude sera caduque.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Déconfinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.