À la rentrée, "100% des étudiants en présentiel" mais un mode d'enseignement "hybride", détaille la Conférence des présidents d’université

La ministre de l'Enseignement supérieur a annoncé que si la rentrée se fera en présentiel, des "mesures de freinage pourront être décidées" en fonction de l'évolution de la situation sanitaire.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un cours de chimie en amphithéâtre en jauge réduite à l'université de Toulouse le 25 mai 2021. (THOMAS BARON / HANS LUCAS)

Le 100% présentiel à la rentrée de septembre dans les universités françaises, cela signifie "100% des étudiants en présentiel mais avec un peu de mode hybride", détaille Virginie Dupont vendredi 9 juillet sur franceinfo. La vice-présidente de la Conférence des présidents d’université (CPU), également à la tête de l’Université de Bretagne Sud, réagit aux annonces de la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, et se prépare notamment à l’arrivée du variant Delta, qui pourrait perturber cette organisation.

franceinfo : La ministre de l’Enseignement supérieur promet 100% de présentiel, mais cela ne signifie pas 100% des cours en présentiel. Concrètement, qu’est-ce-que cela veut dire ?

C’est un peu ce que nous avons fait dès septembre dernier, sauf qu’il y avait des jauges. Mais au cours de cette année nous avons encore progressé sur l’utilisation des nouvelles pédagogies, du numérique. Donc c’est effectivement 100% des étudiants en présentiel mais avec un peu de mode hybride où des enseignants vont, peut-être, sur leur programme d’enseignement, indiquer : "Pendant une semaine, je vais faire mon cours magistral en présentiel. Par contre, la semaine prochaine, vous me verrez en distanciel." Et les travaux dirigés, les travaux pratiques, eux, seront en présentiel. Donc ce n’est pas du 100% présentiel, avec tout le monde en même temps, 100% des étudiants à plein-temps dans des amphis et des salles complètement pleines. Mais c’est quand même 100% du présentiel puisque l’ensemble des étudiants est attendu sur les campus.

D’ici la rentrée de septembre, vos étudiants seront-ils vaccinés ?

Dans mon université, j’ai rencontré, soit en amphithéâtre soit en distanciel, l’ensemble des néo-bacheliers. Et je les ai tous incités à entrer dans un processus vaccinal dès maintenant parce qu’il est assez facile, désormais, de pouvoir avoir une vaccination sans rendez-vous, il y a moins de monde, et d’avoir une deuxième injection pour la rentrée. Je leur dis que c’est notre meilleure garantie pour rester dans une situation 100% présentiel, même si le virus venait à croître. Donc à la rentrée, on continuera à les inciter, c’est certain. Mais il n’y aura pas de contrôle parce que c’est quand même une décision volontaire.

Toute cette organisation, en 100% présentiel, peut-elle être mise à mal par la propagation du variant Delta ?

Oui, forcément, c’est une inquiétude. Et le ministère [de l’Enseignement supérieur] nous engage dès à présent à prévoir un plan B, un plan de replis, avec, par exemple, dans les amphithéâtres, une jauge à 50%. Donc il faut s’y préparer.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Déconfinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.