Washington d'ici, France info

Déconfinement, la bataille politique aux États-Unis

Avec plus d’un million de personnes contaminées par le covid-19, les États-Unis sont désormais le pays le plus touché par l’épidémie. Pourtant, plusieurs des cinquante états américains commencent à rouvrir leurs commerces, industries et lieux publics. Et le déconfinement est devenu un sujet hautement politique !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un panneau donnant des conseils pour éviter le coronavirus, visible près du Lincoln Memorial.
Un panneau donnant des conseils pour éviter le coronavirus, visible près du Lincoln Memorial. (THE WASHINGTON POST / THE WASHINGTON POST)

Le Texas. La Georgie. Le Tennessee commencent à rouvrir. Mais pas l’état de New York, ni la Californie. Aux Etats-Unis, ce sont les gouverneurs qui décident des mesures de confinement… ou de déconfinement. Leur décision repose évidemment sur des considérations sanitaires, économiques mais aussi politiques.

C’est surtout dans les états républicains que l’on commence à rouvrir les commerces et les entreprises, comme en écho aux injonctions du président Donald Trump à « redémarrer le pays » le plus rapidement possible. Alors que dans les états démocrates (Californie, New York), les autorités locales se montrent plus prudentes.

Des rassemblements anti-confinement

Dans le même temps, on a vu ces derniers jours se multiplier les rassemblements anti-confinements (et pro-Trump). A Harrisburg, en Pennsylvanie, ils étaient plusieurs centaines la semaine dernière à défier les recommandations de distanciation sociale et à se rassembler sur les marches du Capitole local pour réclamer la réouverture de leur état.

La gestion de cette épidémie est donc devenue un enjeu extrêmement politique, et partisan. A six mois d’une élection présidentielle américaine dont plus personne n’est sûr qu’elle puisse se dérouler normalement.

Un panneau donnant des conseils pour éviter le coronavirus, visible près du Lincoln Memorial.
Un panneau donnant des conseils pour éviter le coronavirus, visible près du Lincoln Memorial. (THE WASHINGTON POST / THE WASHINGTON POST)