Crise sanitaire : perquisitions chez des ministres pour leur gestion de l'épidémie

Jeudi 15 octobre au matin, des perquisitions ont visé plusieurs ministres ou ex-ministres. Ils sont cités dans l'enquête ouverte par la Cour de justice de la République après plusieurs plaintes sur leur gestion de l'épidémie de Covid-19.

France 2

Brassards au bras, les policiers de l'Office central de lutte contre la corruption ont fait irruption le 15 octobre au matin au sein du ministère de la Santé, accompagnés d'experts en informatique. Ils sont venus perquisitionner les bureaux d'Olivier Véran, le ministre de la Santé, et du directeur général de la santé, Jérôme Salomon. Auparavant, ils s'étaient présentés au domicile de l'ex-Premier ministre Édouard Philippe, de l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn et chez Sibeth Ndiaye, l'ancienne porte-parole du gouvernement. 

Déterminer si le gouvernement s'est volontairement abstenu de prendre des mesures

Au total, 50 policiers et gendarmes ont été mobilisés pour ces perquisitions, menées dans le cadre des investigations lancées en juillet dernier sur la gestion de la crise du Covid-19 par l'État. Les enquêteurs cherchent à savoir si le gouvernement s'est volontairement abstenu de prendre des mesures qui auraient pu assurer la sécurité des citoyens. Une enquête pour abstention de combattre un sinistre déclenché par neuf plaintes de particuliers, de médecins et d'associations. En cas de condamnation pour leur gestion de la crise du Covid-19, ministres et hauts fonctionnaires risquent deux ans d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de la Santé Olivier Véran après le Conseil des ministres du mercredi 23 septembre 2020.
Le ministre de la Santé Olivier Véran après le Conseil des ministres du mercredi 23 septembre 2020. (JULIEN MATTIA / ANADOLU AGENCY / AFP)