Covid-19 : ce qu'il faut savoir sur la nouvelle procédure de l’Assurance-maladie pour les cas contacts

Débordée par le nombre de cas, l'Assurance-maladie a revu ses procédures pour qu'elles prennent moins de temps et mobilisent moins de personnel.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Un homme effectue un prélèvement nasal de dépistage du Covid-19 dans un laboratoire itinérant à Paris dans le 15e arrondissement, le 22 septembre 2020. (BENOIT DURAND / HANS LUCAS)

Un de vos amis vient de se faire tester positif au Covid-19 ? Et vous êtes justement allé récemment boire un verre chez lui sans masque ? Pas de chance : vous êtes probablement cas contact. Mais attention, vous ne serez pas immédiatement averti par téléphone que vous devez, à votre tour, effectuer un test de dépistage. Débordée par le nombre de cas, l'Assurance-maladie a en effet "systématisé", depuis le 15 octobre, une "procédure dématérialisée", jugée moins gourmande en temps, et donc en personnel. 

"Les niveaux actuels de circulation du virus amènent l’Assurance-maladie à déployer actuellement de nouvelles modalités de contact afin de continuer d’informer au plus vite le plus grand nombre de personnes possible sur leur statut au regard de la Covid-19 ", prévient-elle sur le site Ameli. Explications de cette procédure quelque peu complexe autour de quatre questions.

Qui est considéré comme un cas contact ?

Cette expression désigne la liste des personnes fréquentées par un patient testé positif, et qui sont jugées "à risque". En clair, toutes les relations que ce patient a vues de façon rapprochée et sans masque (ou sans protection équivalente, comme une vitre de séparation ou un hygiaphone).  

Il s'agit notamment, selon la Caisse nationale de l'Assurance-maladie jointe par franceinfo, de "ceux qui partagent le même lieu de vie" qu'un cas confirmé ou probable, de ceux qui ont eu "un contact direct avec lui, en face à face, à moins de 1 mètre, quelle que soit la durée (conversation, repas, flirt, accolades, embrassades)", de ceux qui ont partagé avec lui "un espace confiné (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel…) pendant au moins 15 minutes" et enfin des élèves ou enseignants de la même classe scolaire (maternelle, primaire, secondaire, groupe de travaux dirigés à l’université).

"En revanche, des personnes croisées dans l’espace public de manière fugace ne sont pas considérées comme des personnes contacts à risque."

La Caisse nationale d'Assurance-maladie

à franceinfo

Les "patients zéro" (par exemple l'ami chez qui vous êtes allé prendre un verre et qui est désormais positif au Covid-19) sont priés de fournir rapidement la liste de ces cas contacts. Pour un maximum d'efficacité, ils reçoivent en effet très tôt "un message les incitant à préparer la liste de leurs cas contacts avec leurs coordonnées". La plateforme de "contact tracing" (les enquêteurs chargés d'identifier les cas contacts des malades) ne les appellera qu'ensuite.

Comment sont traités les cas contacts ?

Une fois identifiés, comment les cas contacts sont-ils prévenus qu'une de leurs fréquentations a été testée positive ? Réponse de l'Assurance-maladie : "33 millions d’adhérents au compte Ameli ont une adresse e-mail validée qui nous permet de leur adresser des messages liés au 'contact tracing'".

Par ce mail, "l’Assurance-maladie invite les personnes contacts de 18 ans et plus (...) à consulter leur messagerie Ameli pour y trouver toutes les informations utiles : confirmation de leur statut de cas contact, règles à suivre concernant le dépistage, l’isolement ou l’arrêt de travail, numéro à appeler pour toute question", précise l'insitution sur son site.

Et si les cas contacts ne se rendent pas sur leur messagerie Ameli ?

Que se passe-t-il si les cas contacts concernés, et priés de se faire tester, ne lisent pas leurs mails ? Ou s'ils les ont lus, mais sans se rendre sur leur messagerie Ameli ? "Ces mails sont doublés d’une relance par SMS informant les personnes concernées qu’elles ont reçu un message", affirme encore la Caisse nationale d'Assurance-maladie. Enfin, en dernier ressort, un appel téléphonique sera utilisé pour les joindre.

"Parmi ces personnes (les cas-contacts), celles qui n’auraient pas consulté leur messagerie Ameli sont contactées par téléphone dans les 24 heures par les enquêteurs sanitaires."

La caisse nationale d'Assurance-maladie

à franceinfo

Qui est encore joint par téléphone ?

L’Assurance-maladie continue à appeler les patients testés positifs au Covid-19 afin d’obtenir la liste de leurs contacts. Et si ces cas contacts sont testés positifs, ils deviennent à leur tour des "patients zéros" à qui l'on demande la liste des personnes fréquentées sans masque.

Ajoutons enfin que dans certaines régions de France où l'épidémie est plus contenue qu'ailleurs, le téléphone est toujours privilégié, y compris pour les cas contacts. Interrogé par le site de 20 Minutes,  le directeur de la Caisse primaire d'Assurance-maladie de la Gironde, Philippe Claussin, insiste sur le fait que "96% des cas contacts sont appelés dans les quatre heures suivant la connaissance du résultat du test par la plateforme (chargée de l'identification des cas contacts)".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.