Covid-19 : prévu en février, le carnaval de Rio de Janeiro reporté sine die

En juillet, cinq des douze écoles de samba de la ville avaient expliqué qu'en l'absence d'un vaccin fin septembre, elles demanderaient le report de l'événement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le carnaval de Rio de Janeiro (Brésil), le 24 février 2020. (CARL DE SOUZA / AFP)

Au tour du carnaval de Rio de Janeiro (Brésil) d'entrer dans la danse des événements victimes de la pandémie de coronavirus : son édition 2021, qui devait se tenir en février prochain, a été reportée sine die. "Nous sommes arrivés à la conclusion que l'événement devait être reporté. Nous ne pouvons tout simplement pas le faire en février. Les écoles de samba n'auront ni le temps ni les ressources financières et organisationnelles pour être prêtes pour février", a déclaré à la presse l'un des organisateurs, jeudi 24 septembre.

En juillet, un premier avant-goût de cette décision avait affleuré, lorsque cinq des douze écoles de samba avaient assuré qu'en l'absence d'un vaccin fin septembre, elles demanderaient le report de l'événement. "Ce n'est pas une annulation, c'est un report. Nous cherchons une solution alternative, quelque chose à faire quand la sécurité sanitaire nous permettra de donner notre contribution à la ville", a expliqué  Jorge Castanheira, le président de la Ligue indépendante des écoles de samba de Rio de Janeiro, l'association qui organise l'événement.

Des millions de participants

L'annonce de la Ligue indépendante des écoles de samba de Rio de Janeiro s'applique uniquement à la compétition des écoles de samba, qui se déroule dans l'emblématique "Sambodrome" de la v ille. Chaque école y défile avec près de 3 000 membres costumés, dansant très près les uns des autres et chantant tout le long du cortège, qui dure un peu plus d'une heure. Les autorités municipales n'ont en revanche pas encore dit si les festivités de rue seraient autorisées.

Ces célébrations représentent un cauchemar pour un épidémiologiste au vu de la promiscuité et de l'immense foule qu'elles drainent : des millions de personnes y participent chaque année, des Cariocas aux autres Brésiliens en passant par les touristes. Près de 4,7 millions de personnes ont été contaminées au Brésil et le pays compte le deuxième plus grand nombre de morts au monde, avec environ 140 000 décès dus au Covid-19, après les Etats-Unis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.