Covid-19 : pas de reconfinement à Dunkerque, nouveau protocole dans les établissements scolaires

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Covid-19 : pas de reconfinement à Dunkerque, nouveau protocole dans les établissements scolaires
France 2
Article rédigé par
C.Colnet, M.Mouamma, E.Delbecque - France 2
France Télévisions

Dunkerque (Nord) et sa région font face à une explosion du nombre de cas de Covid-19 et de ses variants. Alors que le maire demandait la fermeture des établissements scolaires, c’est finalement un nouveau protocole sanitaire qui a été adopté, lundi 15 février.  

La préfecture a pris une nouvelle décision pour lutter contre la propagation des variants dans la région de Dunkerque (Nord), lundi 15 février. A Malo-les-Bains, les élèves arrivent désormais en classe par petits groupes, à 8h50 ou 9h20. Les parents sont divisés. "C’est plutôt pas mal, étant donné qu’il y a quand même de gros regroupements au même horaire pour tout le monde, explique un père de famille. Du coup c’est vrai qu’on se bouscule au moment de la sortie des classes", tandis qu’une maman estime qu’il "aurait fallu tout fermer".   

Le variant britannique progresse vite dans la région. À Gravelines (Nord), 81% des tests positifs sont en effet liés à cette nouvelle souche. Pour inciter les habitants à se faire tester, un centre de dépistage a ouvert en urgence la semaine dernière.  

Pas de reconfinement 

Depuis plusieurs jours, le maire de Dunkerque (DVG), Patrice Vergriete, et d’autres élus locaux demandaient la fermeture pure et simple des établissements scolaires. "Les seuls regroupements que nous connaissons sont dans les collèges, les lycées et dans les écoles, commente ce dernier. (…) Il ne suffit pas de prendre des mesures, il faut prendre des mesures adaptées aux territoires dans lesquels on se situe". Pas une option pour le sous-préfet de Dunkerque, Hervé Tourmente. "L’enjeu est quand même de maintenir l’enseignement, de maintenir le lien avec les élèves, explique-t-il. La grosse catastrophe qu’on a observée pendant le premier confinement, c’est qu’on a perdu des élèves."   

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.