Covid-19 : "On a eu le droit, comme à chaque fois, à une forme de mise en scène gouvernementale qui mime la consultation", estime Olivier Faure

Jean Castex recevait vendredi les présidents des deux chambres du Parlement, les chefs de parti et des groupes parlementaires pour faire le point sur l'épidémie de Covid-19.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste à Ivry-sur-Seine, le 21 janvier 2020. (THOMAS SAMSON / AFP)

"La vérité c'est qu'on a eu le droit, comme à chaque fois, à une forme de mise en scène gouvernementale qui mime la consultation", estime le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, sur franceinfo vendredi 20 novembre. Le Premier ministre Jean Castex recevait vendredi les présidents des deux chambres du Parlement, les chefs de parti et des groupes parlementaires pour faire le point sur l'épidémie de Covid-19 et sur de possibles évolutions du confinement, qui doivent être annoncées mardi par Emmanuel Macron. 

"Beaucoup de questions ont été posées mais il n'y a eu aucune réponse concrète. Jusque-là, malheureusement, ces réunions n'ont pas servi à grand-chose", déplore Olivier Faure.

"On a l'impression qu'on est simplement là comme les agents du teasing gouvernemental et qu'on prépare une séquence de communication du chef de l'État. Nous ne sommes pas associés, en réalité, à la prise de décision."

Olivier Faure, premier secrétaire du PS

à franceinfo

Le premier secrétaire du PS souligne avoir eu "le sentiment qu'il y a un défaut d'anticipation" et que le gouvernement "est dans l'improvisation parce que les choses ne sont jamais posées en amont".  Donnant l'exemple d'autres pays européens, Olivier Faure estime notamment que la question du vaccin n'est pas assez préparée : "Nos voisins allemands ont déjà acheté les conteneurs pour transporter les vaccins. En France on nous explique qu'on va acheter des doses et qu'on verra bien plus tard."

Le premier secrétaire du PS espère entendre mardi soir des annonces "claires et simples" de la part du chef de l'État et "qu'on nous dise à quoi s'attendre pour les prochaines semaines, quels sont les critères qui permettent de prendre les décisions, à combien on pourra se retrouver pour les fêtes de Noël, combien de kilomètres on pourra faire et si les grands parents pourront voir les petits enfants", détaille Olivier Faure.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.