Covid-19 : Olivier Véran écarte un reconfinement préventif avant Noël

Le ministre de la santé a indiqué qu'il était trop tôt pour se projeter et a réitéré sa position en faveur de mesures spécifiques à chaque territoire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de la Santé, Olivier Véran, lors d'une conférence de presse à Marseille, le 25 septembre 2020. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Il évoque un scénario "de l'ordre de la prédiction". Olivier Véran, le ministre de la Santé, a réagi, dimanche 27 septembre, après la proposition des deux prix Nobel d'économie, Abhijit Banerjee et Esther Duflo, d'instaurer un confinement national sur les vingt premiers jours de décembre pour permettre aux Français de retrouver leurs familles lors des fêtes de fin d'année malgré la pandémie de Covid-19. Le ministre a écarté cette idée de reconfinement national "préventif" .

Je ne me projette pas à dans deux mois pour faire des plans sur la comète.

Olivier Véran, ministre de la Santé

lors du "Grand Jury" RTL-Le Figaro-LCI

"Je me projette au jour le jour avec mes batteries de chiffres (...), les retours de terrain, afin de proposer aux Français le chemin le plus sûr pour éviter le confinement et qu'ils puissent passer des fêtes de famille dans de bonnes conditions. Cela ne passera pas par un confinement anticipé de trois semaines", a-t-il poursuivi.

Pour des mesures "territorialisées"

"Ce qui arrivera à la fin du mois d'octobre [date des vacances de la Toussaint] dépend de ce que nous ferons dans les prochains jours et les prochaines semaines", a déclaré le ministre, interrogé dans "Le Grand Jury" RTL-Le Figaro-LCI. "Si la circulation du virus augmente et qu'elle n'est pas freinée, si nous ne mettons pas tous les moyens nécessaires pour freiner sa circulation, eh bien cela met en danger notre système sanitaire et les Français eux-mêmes", a prévenu Olivier Véran.

"Nous ne voulons pas arrêter totalement la vie économique, sociale, culturelle, sportive, familiale des Francais, a-t-il assuré. C'est pourquoi nous prenons des décisions qui sont adaptées à la gravité du moment" et qui sont "territorialisées", a-t-il défendu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.