Covid-19 : les vols entre le Brésil et la France suspendus "jusqu'à nouvel ordre" dans les deux sens dès mardi soir

La situation sanitaire n'a cessé de s'aggraver au Brésil depuis février en raison de l'émergence d'un variant du virus, appelé P1, considéré comme plus contagieux et plus mortel que la souche d'origine.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un avion Air France se gare sur le tarmac de l'aéroport de Roissy, près de Paris, le 24 avril 2018. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Des restrictions accrues. L'exécutif suspend "jusqu'à nouvel ordre tous les vols entre le Brésil et la France", dans les deux sens, en raison des inquiétudes autour du variant P1 du Covid-19, identifié dans le pays, a annoncé mardi 13 avril le Premier ministre, Jean Castex, à l'Assemblée nationale. Cette mesure prend effet dès mardi, à minuit, a ensuite précisé sur Europe 1 Clément Beaune, le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes. Elle ne concerne néanmoins pas les deux vols Air France partis vers le Brésil mardi après-midi et les deux vols arrivant du Brésil en France mercredi matin, qui ont tous décollés avant l'entrée en vigueur de l'interdiction, a appris France Télévisions auprès du cabinet du ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari.

Air France dit avoir "pris connaissance des annonces gouvernementales" et annonce "annuler ses vols de/vers le Brésil prévus" mercredi 14 avril. "Le programme de vols au-delà (...) sera ajusté en fonction des instructions gouvernementales", précise la compagnie aérienne, qui assure qu'elle contactera individuellement les clients concernés.

Une solution à l'étude pour les ressortissants Français

La situation sanitaire n'a cessé de s'aggraver au Brésil depuis février en raison de l'émergence d'un variant local du virus, appelé P1, considéré comme plus contagieux et plus mortel, mais encore très minoritaire en France.

Jusqu'à présent, "deux vols par jour à peu près" arrivaient sur le territoire français, en provenance du Brésil, a souligné Clément Beaune. Leurs voyageurs devaient produire un test PCR négatif et s'isoler pendant dix jours. Jean-Baptiste Djebbari, avait justifié lundi sur LCI le maintien de ces vols par le respect du droit, le Conseil d'Etat ayant disposé que les ressortissants français "au nom de la liberté de circulation, devaient pouvoir continuer à venir". La France va donc "travailler sur des solutions ad hoc" de retour pour les ressortissants français ayant une "justification" pour rentrer, alors qu'ils se trouvent au Brésil, a promis Clément Beaune. Cette solution pourrait pas exemple prendre la forme de "vols spéciaux".

Le variant P1 préoccupe médecins et scientifiques, surtout en raison de sa plus grande résistance aux vaccins existants contre le Covid-19. Les spécialistes parlent d'"échappement immunitaire". "En clair, alors qu'on sait que la vaccination marche très bien sur le mutant anglais, on voit une perte de protection avec les variants brésilien et sud-africain", explique dans Le Parisien le virologue Bruno Lina, membre du conseil scientifique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.