Cet article date de plus de trois ans.

Covid-19 : les experts de l'OMS visitent l'Institut de virologie de Wuhan dans le cadre d'une enquête

Ce laboratoire avait été accusé par Donald Trump d'avoir laissé fuiter un virus à l'origine de la pandémie, mais aucune preuve n'a encore accrédité cette hypothèse.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des agents de sécurité devant l'insitut de virologie de Wuhan (Chine), mercredi 3 février 2021, lors d'une visite d'experts de l'OMS.  (HECTOR RETAMAL / AFP)

Les experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) se sont rendus à l'Institut de virologie de Wuhan, en Chine, mercredi 3 février, dans le cadre de leur enquête sur l'origine du coronavirus Sars-CoV-2. Cet institut, qui comporte plusieurs laboratoires de haute sécurité où des chercheurs travaillent sur des coronavirus, avait été accusé par l'ancien président américain Donald Trump d'avoir laissé fuiter le virus à l'origine de la pandémie de Covid-19.

>> Covid-19 : enquête sur le P4 de Wuhan, ce laboratoire en partie financé par la France où a été identifié le virus

L'accusation a été fermement démentie par Pékin, qui cherche à évacuer toute responsabilité dans le déclenchement de l'épidémie en 2019 et laisse entendre, sans le démontrer, que le virus aurait pu être importé en Chine. Le régime a attendu plus d'un an avant d'autoriser la visite de l'OMS, dont les spécialistes ont dû subir une quarantaine de 14 jours avant d'entamer leur travail la semaine dernière.

"Ce n'est pas une enquête", estime Pékin

Les chercheurs de l'institut de Wuhan ont notamment été les auteurs de nombreuses études sur les liens entre les chauves-souris et l'émergence de ces maladies en Chine. Ils ont aussi contribué à mieux connaître le nouveau coronavirus après son apparition à Wuhan. La directrice de ce laboratoire est Shi Zhengli, spécialiste des travaux sur les coronavirus de chauve-souris et parfois surnommée la "Batwoman chinoise".

En avril dernier, le quotidien Washington Post écrivait que l'ambassade des Etats-Unis à Pékin, après des visites à l'institut, avait alerté en 2018 les autorités américaines sur des mesures de sécurité qu'elle jugeait insuffisantes. Mais aucune preuve, jusqu'ici, ne vient accréditer cette hypothèse.

De nombreux analystes doutent que la dizaine d'experts internationaux découvrent des indices révélateurs du déclenchement de l'épidémie après un tel délai. La semaine dernière, un porte-parole de la diplomatie chinoise avait estimé que la visite de l'OMS en Chine relevait d'un projet de recherche. "Ce n'est pas une enquête", avait-il dit. Pékin insiste sur sa réussite dans l'endiguement de la contagion et sur sa production de vaccins, exportés dans plusieurs pays.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.