Covid-19 : le vaccin anti-grippe doit être "obligatoire" pour les soignants, plaide l'Académie de médecine

La société savante anticipe un risque potentiel de saturation dans les hôpitaux, en raison de la reprise épidémique du Covid-19 et des cas de grippe. La situation ne doit pas être empirée par "l'incapacité des soignants malades".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des membres de l'équipe médicale dans une unité de soins intensifs à l'hôpital Croix-Rousse de Lyon, le 15 septembre 2020. (JEFF PACHOUD / AFP)

"Il est urgent de rendre obligatoire la vaccination contre la grippe pour l'ensemble du personnel soignant", recommande à nouveau l'Académie nationale de médecine, lundi 21 septembre, alors que l'épidémie de Covid-19 reprend en France. "L'évolution actuelle des indicateurs épidémiologiques fait redouter la persistance d'une circulation du Sars-CoV-2 sur un mode épidémique jusqu'au printemps prochain", souligne-t-elle dans un communiqué.

Dans ce contexte, "le risque d'une saturation des services hospitaliers par l'addition de cas de grippe sévère aux cas de Covid-19, aggravée par l'incapacité des soignants malades, ne peut être encouru". Ce vaccin est fortement recommandé pour les soignants, mais il n'est pas obligatoire. La proportion de ces professionnels se faisant vacciner "demeure insuffisante", juge d'ailleurs l'instance de conseil des pouvoirs publics.

Lors de la saison 2018-2019, elle était estimée à 35% dans les établissements de santé (67% pour les médecins, 48% pour les sages-femmes, 36% pour les infirmiers et 21% pour les aides-soignants) et à 32% dans les Ehpad (75% pour les médecins, 43% pour les infirmiers, 27% pour les aides-soignants et 34% pour les autres paramédicaux), selon Santé publique France.

Un risque d'infection grippale "plus élevé"

"En raison de leur exposition professionnelle, le risque d'infection grippale est plus élevé chez les soignants que dans la population générale", rappelle l'Académie de médecine. "Ils sont souvent impliqués comme probable source de contamination dans les épidémies de grippe nosocomiale, sachant que 50 à 80% d'entre eux continuent de travailler quand ils sont infectés."

"C'est une responsabilité éthique de protéger les patients dont ils ont la charge", juge-t-elle. "En conséquence, l'Académie nationale de médecine considère qu'il est urgent de rendre obligatoire la vaccination contre la grippe" pour l'ensemble du personnel soignant exerçant dans le secteur public ou libéral, dans les établissements de santé et dans les Ehpad, ainsi que pour les auxiliaires de vie pour personnes âgées.

Interpellé à ce sujet, en marge d'une visite à Mantes-la-Jolie (Yvelines), le ministre de la Santé Olivier Véran n'a pas souhaité répondre à cette question, en renvoyant une éventuelle décision à la campagne de vaccination, qui sera lancée au cours du mois d'octobre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.