Covid-19 : le président de la région PACA demande la fermeture des plages "à 20 heures" et l'interdiction des fêtes de mariage

Renaud Muselier a expliqué avoir fait cette "proposition auprès du préfet", face à la recrudescence des cas de Covid-19 dans sa région.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de la région Sud Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Renaud Muselier, lors d'une conférence de presse à Matignon, à Paris, le 30 juillet 2020. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Le président (LR) de la région Sud Provence-Alpes-Côte-d'Azur (PACA) a réclamé, dimanche 13 septembre, de "fermer les plages et les parcs à 20 heures" et "d'interdire les fêtes de mariage" à Marseille et dans sa région, face à la recrudescence de l'épidémie de Covid-19. "On va voir ce que le préfet va proposer au Premier ministre. C'est ma proposition auprès du préfet. Je pense que ce sont des mesures strictes, fermes, mais de bon sens", a jugé Renaud Muselier sur RTL.

"Le soir, après le boulot, sur la plage, dans les parcs, comme il n'y a pas de police aujourd'hui, tout le monde fait un peu n'importe quoi", a-t-il justifié. "Il faut interdire les fêtes de mariage. Vous vous mariez, mais vous ne faites pas la fête derrière, vous attendez. Parce que vous vous embrassez tout le temps dans les mariages", a ajouté Renaud Muselier. Et pour les enterrements, il faut à nouveau "limiter à 20 personnes". Pour éviter que des cas de grippe ne s'ajoutent au coronavirus, le président des régions de France souhaite également "rendre obligatoire le vaccin contre la grippe sur tout le territoire pour les plus de 65 ans et la totalité du personnel soignant".

Vendredi, dans son intervention sur la "dégradation manifeste" de la situation sanitaire en France, Jean Castex a cité les cas spécifiques de Marseille, Bordeaux et la Guadeloupe. Le Premier ministre a demandé "aux préfets concernés de proposer d'ici lundi, et après avoir mené les concertations locales nécessaires, de nouvelles mesures complémentaires".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.