Covid-19 : l'Italie commémore les victimes de la pandémie

L'Italie a rendu hommage jeudi aux victimes de l'épidémie de Covid-19, qui y a fait plus de 100 000 morts. Le Premier ministre Mario Draghi s'est rendu à Bergame, la ville martyre du nord du pays.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre italien Mario Draghi se recueille lors de l'inauguration du "Bois de la mémoire" en mémoire aux victimes du Covid-19, le 18 mars 2021 à Bergame (Italie). (HANDOUT / PALAZZO CHIGI PRESS OFFICE)

Dans le cimetière de Bergame, en Italie, c'est au son de la trompette que Mario Draghi, président du Conseil italien, a déposé une gerbe au pied de la pierre commémorative en mémoire des victimes de la pandémie de Covid-19. Une minute de silence a ensuite été observée, comme dans toute la ville.

>> "On n'avait même plus de cercueils" : dix mois après le début de l'épidémie de Covid-19, retour à Bergame, ville la plus touchée d'Italie

Cette "Journée en mémoire de toutes les victimes de l'épidémie de coronavirus", sera désormais célébrée tous les 18 mars en Italie. La ville martyre de Bergame et sa province, en Lombardie, ont payé le plus lourd tribut à la pandémie : près de 30 000 morts au total depuis mars 2020. 

Mario Draghi et le maire de Bergame Giorgio Gori se sont ensuite rendus dans le "Bois de la mémoire". "Nous avions rêvé que cette journée signe la fin de la longue et douloureuse page de la pandémie mais nous n'y sommes pas encore", a déclaré le maire de Bergame. Nous y sommes presque, mais pas encore..."

"Nous sommes ici pour promettre à nos aînés qu'il n'arrivera plus jamais que des personnes fragiles ne soient pas suffisamment prises en charge et protégées."

Mario Draghi, président du Conseil italien

C'est toujours au son de la trompette qu'a été inauguré ce "Bois de la mémoire" dans un parc local. Une œuvre vivante, "un monument qui respire" comme l'a dit le maire de Bergame. "Les images de cette tragédie, qui ont frappé l'Italie et le monde entier, sont nombreuses, se souvient Mario Draghi. L'une d'entre-elles est indélébile : la colonne de camions militaires chargés de cercueils. C'était le soir du 18 mars, il y a exactement un an." Ces images chocs avaient fait le tour du monde.

Puis avant de rejoindre Rome, Mario Draghi a symboliquement planté un tilleul, un arbre protecteur. "Bergame veut également être la ville symbole de la renaissance" et envoyer "un message positif et d'espérance" au reste de l'Italie, a ajouté Giorgio Gori.

L'Italie commémore les victimes de l'épidémie de Covid-19 - Reportage de Bruce de Galzain
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.