Cet article date de plus de deux ans.

Covid-19 : gestes barrières, rappel vaccinal, télétravail au menu du Conseil de défense sanitaire

L’ordre du jour du Conseil de défense sanitaire qui se tient mercredi matin à l’Élysée est chargé. Autour d’Emmanuel Macron, il sera d’abord question des gestes barrières.

Article rédigé par France Info - Jean-Jérôme Bertolus
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le palais de l'Élysée, à Paris. (NATHANAEL CHARBONNIER / RADIO FRANCE)

"L’hôpital n’est pas encore saturé mais le personnel est fatigué. Il faut agir maintenant" souligne un membre de l’exécutif. Parmi les ministres, le constat est unanime : "Trop d’oubli, trop de relâchement dans les gestes barrières. Il faut des règles plus claires". Autrement dit, le gouvernement envisage de rendre obligatoire le port du masque dans tous les établissements recevant du public pour lutter contre une recrudescence de l'épidémie de Covid-19.

Depuis juillet, la présentation d’un pass sanitaire, à l’entrée, par exemple d’un cinéma ou d’un centre de loisir, permettait généralement de garder le masque dans sa poche. Cela, ne sera sans doute plus le cas. Y compris dans les restaurants, pour les clients mais aussi pour le personnel, pourtant vacciné. "La dynamique du taux d’incidence est inquiétante, il faut que chacun s’adapte", observe un conseiller ministériel. Depuis dimanche, Alain Griset, le ministre en charge des PME, s’est entretenu avec les différents représentants du secteur des hôtels, cafés et restaurants. L’efficacité du renforcement des contrôles par les forces de l’ordre est également au menu du Conseil de défense sanitaire qui se tient mercredi 24 novembre à l'Élysée. 

Vers une généralisation du rappel vaccinal

Depuis septembre dernier, les plus de 65 ans, les personnes souffrant de comorbidités et les professionnels de santé ont accès à une dose de rappel. Dans une semaine, le 1er décembre, ce sera au tour des plus de 50 ans d’avoir accès à ce rappel de vaccination. Mais le gouvernement envisage déjà d’aller au-delà. Le conseil de défense va débattre de l’accès d’une dose de rappel à tous les citoyens de plus de 18 ans, dont le schéma de vaccination complet remonte à plus de six mois. Et la décision ne fait guère de doute. "Il faut penser à tous ceux qui sont vaccinés depuis plus de six mois et qui veulent protéger leur proches lors des fêtes grâce à une troisième dose", souligne un dirigeant de l’exécutif. "Plus de 1 000 centres de vaccination sont ouverts en France. Les pharmaciens sont désormais opérationnels et il n’y a pas de risque de pénurie de vaccins", renchérit-on au ministère de la Santé.

Reste à savoir si ce rappel sera nécessaire pour conserver son pass sanitaire. "La question sera posée ce matin, elle est légitime", selon un ministre, mais elle ne sera sans doute pas tranchée.  Alors que Jean-François Delfraissy, le président du conseil scientifique, souhaitait que pour les plus de 65 ans le pass sanitaire soit conditionné au rappel vaccinal "dès la semaine prochaine", son avis ne sera pas suivi.

Enfin, parmi les autres points, scrutés de près à l’Élysee, la question du télétravail. Pas de durcissement des règles dans l’immédiat. "Évitons de multiplier les contraintes pour les Français et l’économie tant qu’il n’y a pas la perspective d’une trombose à l’hôpital", met en garde un dirigeant de la majorité, proche d’Emmanuel Macron.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.