Covid-19 : faut-il plus de restrictions dans les départements du sud de la France ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Covid-19 : faut-il plus de restrictions dans les départements du sud de la France ?
FRANCE 2
Article rédigé par
M. Arribe, K. Le Bouquin, J.Lonchampt - France 2
France Télévisions

De nouvelles restrictions entreront en vigueur en Corse, jeudi 5 août. Seront-elles suffisantes pour freiner la nouvelle vague de l'épidémie de Covid-19 ?

Les vacanciers de l'île de Beauté vont-ils encore pouvoir profiter de leur séjour ? Chez les jeunes, les chiffres du Covid-19 grimpent en flèche en Corse. Dans la tranche des 15-19 ans, le taux d'incidence est désormais de 1 887 cas pour 100 000 habitants. Le préfet de Haute-Corse, François Ravier, a donc annoncé de nouvelles mesures, "les plus proportionnées possible". À partir de jeudi 5 août, les bars et restaurants fermeront leurs portes à 1 heure du matin, et les rassemblements sur la voie publique seront limités à 10 personnes. Le port de masque sera, lui, étendu à plusieurs lieux très fréquentés. Pour les vacanciers, il est parfois difficile d'accepter ces changements. "Boire des verres, sortir le soir, pendant les vacances c'est ce qu'on veut faire", confie une touriste. 

Des mesures suffisantes ? 

Si ses mesures sont contraignantes pour les vacanciers, selon François Agostini, médecin généraliste et président de la confédération des syndicats médicaux en Corse, elles sont aussi insuffisantes pour endiguer l'épidémie. "Elle pourra se freiner justement par le respect des mesures barrières. Ensuite, quand on apprend que les discothèques resteront ouvertes, ça ne peut que nous questionner", commente-t-il. Le préfet a, quant à lui, précisé que la flambée des cas n'est pas due à l'afflux de touristes. "Huit personnes contaminées sur l'île seraient des résidents, les touristes ne représenteraient que 20% des cas de Covid déclarés", précise le journaliste Jules Lonchampt, en duplex depuis Calvi (Haute-Corse). 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.