Covid-19 : en Angleterre, tests obligatoires pour les étudiants qui veulent rejoindre leur famille à Noël

Le gouvernement britannique leur a donné une semaine pour quitter les campus afin qu’ils puissent passer Noël en famille mais à condition d'être testés négatifs. Les cours se déroulent en ligne.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Jake, étudiant à l'université de Manchester espère pouvoir rejoindre sa famille à Sheffield. (RICHARD PLACE / RADIO FRANCE)

De tristes bâtiments vides sous la grisaille... Jake ne vit pas vraiment la vie d’étudiant à Manchester, dans le nord de l'Angleterre, dont il rêvait. Il va passer un test dimanche 6 décembre. Rien à voir avec sa licence de langues, il s’agit d’un test de dépistage du Covid-19. Il devra en réaliser un deuxième trois jours plus tard. S’il est négatif, Jake pourra rejoindre sa famille à Sheffield. Le gouvernement britannique a donné une semaine aux étudiants pour quitter leur campus.

Jake a hâte de revoir son frère jumeau, sa sœur, sa mère qui est soignante et son père à la santé fragile. Il lui tarde aussi de laisser derrière lui cette ambiance sinistre. "En septembre, je suis rentré chez moi une fois quand c'était permis et à part ça je suis resté ici."

C'est un peu dur parce que j'ai l'impression d'être toujours piégé dans ce même cycle comme si chaque jour ressemblait au précédent. 

Jake, étudiant à Manchester

à franceinfo

"J'avais un peu peur de ne pas pouvoir revoir ma famille parce que mon père me manque, ma famille me manque. C’est difficile pour moi", ajoute Jake. 

Dix jours d'isolement en cas de test positif

Le gouvernement veut ainsi permettre aux familles de se retrouver sans propager le virus. Mais en cas de test positif, les étudiants devront s’isoler à la fac pendant 10 jours avant de pouvoir voyager. Charge aux universités de tout organiser, de planifier les tests et les départs pour éviter la cohue.

À 19 ans, Francesca vit une deuxième année sur le campus - l'un des plus gros d'Angleterre - beaucoup moins amusante que la première. "Par rapport à l’année dernière, tout était nouveau et c'était passionnant mais maintenant il n'y a personne parce qu'il n'y a pas de cours. On ne peut pas sortir. J'aimerais bien voir les autres. C'est dommage mais plus vite on trouvera une solution, plus vite la vie sera normale."

Francesca, 19 ans, étudiante en deuxième année à l'université de Manchester. (RICHARD PLACE / RADIO FRANCE)

En janvier, Francesca espère pouvoir revenir sur le campus de Manchester pour y retrouver l’ambiance normale d’une université, studieuse et légère à la fois. Pour bénéficier aussi de connexions rapides et sûres dans un Royaume-Uni où le réseau est régulièrement défaillant. De très nombreux étudiants s’inquiètent de ces cours en ligne depuis chez eux alors que les campus bénéficient d’installations très au point.

Tests anti-Covid pour les étudiants : reportage à Manchester de Richard Place
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.