Covid-19 : "Cette maladie c'est la peste du XXIème siècle, il faut s'en méfier énormément", alerte le syndicat MG France

Son vide-président, le docteur Jean-Christophe Calmes, plaide pour un confinement des plus de 65 ans. "C'est très discriminant", reconnaît-il mais "ça a du sens parce qu'on sait que si la maladie touche tout le monde, elle est souvent mortelle" pour ces personnes.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Confiner les plus de 65 ans à cause du Covid-19, "discréminant" mais un mal nécessaire pour sauver leur vie, selon le Dr Jean-Christophe Calmes (photo d'illustration). (ARNAUD JOURNOIS / MAXPPP)

Avec plus de 50 000 cas recensés quotidiennement en France, la nouvelle vague de l'épidémie de coronavirus va entraîner de nouvelles mesures de restriction. "Je pense qu'on se dirige vers un reconfinement partiel" qui concernerait notamment "les personnes les plus à risque", a déclaré le docteur Jean-Christophe Calmes, médecin généraliste et vice-président du syndicat MG France, sur franceinfo mardi 27 octobre. "Cette maladie c'est la peste du XXIème siècle, il faut s'en méfier énormément", a-t-il alerté.

franceinfo : Au regard de la situation épidémique aujourd'hui en France, pensez-vous qu'un nouveau tour de vis sanitaire est nécessaire ?

Jean-Christophe Calmes : Si on extrapole les chiffres, aujourd'hui on a 50 000 cas. Dans quinze jours, on nous parle de 100 000  cas par jour. C'est-à-dire que très rapidement, on peut avoir entre 500 morts et 1 000 morts par jour si on ne fait rien. À l'hôpital, on voit qu'on arrive à une saturation très rapidement.

Ce que je ne veux pas, c'est que dans quinze jours, je me pose la question de savoir qui je garde à domicile et qui j'envoie l'hôpital parce que l'hôpital est saturé. 

Dr Jean-Christophe Calmes, vice-président du syndicat MG France

à franceinfo

Or, c'est ce que je vois se profiler. Le confinement, c'est donc une vraie question. On est à cheval entre le risque sanitaire qui est réel et dramatique, et le risque économique qui est tout aussi réel et tout aussi dramatique. Je pense qu'on se dirige vers un reconfinement partiel, avec le confinement des personnes les plus à risque, y compris parmi les salariés. Avec le développement du télétravail et probablement avec le maintien en activité des salariés des plus jeunes et les plus actifs, dont la présence sur place est absolument nécessaire.

Un reconfinement qui ciblerait les plus de 65 ans particulièrement, ce serait la solution pour vous ?

C'est très discriminant, et ça je peux l'entendre, mais oui ça a du sens parce qu'on sait que si la maladie touche tout le monde, elle est souvent mortelle pour les gens qui ont plus de 65 ans. Et le but, c'est d'éviter un grand nombre décès et donc d'éviter que cette population particulière arrive dans les hôpitaux. C'est-à-dire éviter que les gens qui ont des maladies chroniques et les gens de plus de 65 ans ne soient touchés. C'est pour ça d'ailleurs, qu'au niveau des médecins généralistes, on demande une consultation spécifique, une consultation d'information de ces patients à risque pour mettre en place tout ce qu'on peut pour éviter qu'ils ne soient contaminés. Et s'ils sont contaminés, de voir avec eux comment on peut les garder à domicile pour éviter d'aller encombrer l'hôpital

Pendant des semaines le message était d'apprendre à vivre avec le virus, alors qu'aujourd'hui c'est plutôt l'inverse, on nous parle de reconfinement. Comment analysez-vous cela ?

Apprendre à vivre avec le virus cela ne veut pas dire ne plus rien faire et se calfeutrer, cela veut dire mettre tout en place pour ne pas l'attraper. Après le vaccin va arriver, j'espère bien qu'on l'aura en février ou en mars.

Aujourd'hui on sait que l'immunité collective ne marche pas. Les Norvégiens ont essayé, mais ça ne donne pas de très bons résultats. 

Dr Jean-Christophe Calmes

On n'a pas de traitement efficace. J'ai un patient qui n'a toujours pas repris son travail alors qu'il était malade au mois de mars, il est incapable de travailler aujourd'hui. On ne sait pas pourquoi certains ont développé ces formes longues ou ces formes graves. Et comme on ne connaît pas cette maladie, il faut s'en méfier comme de la peste. Cette maladie c'est la peste du XXIème siècle, il faut s'en méfier énormément.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.