Coronavirus : une seconde vague potentiellement plus dévastatrice que la première

La seconde vague de contaminations au coronavirus frappe toujours la France vendredi 23 octobre et pourrait s’avérer plus grave que la première. Les autorités cherchent des solutions pour soulager le travail du personnel soignant, notamment à travers la médecine privée. 

La seconde vague de contaminations au coronavirus frappe actuellement la France. Selon plusieurs spécialistes dont Martin Hirsch, directeur de l’AP-HP, vendredi 23 octobre, elle pourrait être plus grave que la première. Une arrivée massive de patients dans les hôpitaux qui risque de compliquer encore un peu plus la tâche du personnel soignant. C’est pour éviter un engorgement dans les services de réanimation que le couvre-feu a notamment été mis en place. 

Se tourner vers le secteur privé ?

Sur le plateau du 20 heures de France 2, le médecin Damien Mascret insiste sur le fait qu’une deuxième vague aussi intense que prévu plongerait les soignants dans une situation intenable. Selon lui, l’une des solutions pourrait être de faire confiance au secteur privé, dont les cliniques parfaitement équipées ont été peu sollicitées durant la première vague. Il est possible que cela change lors de la deuxième, même si Damien Mascret reconnaît "un petit blocage psychologique dans les hôpitaux publics à utiliser les hopitaux privés."

Le JT
Les autres sujets du JT
Un patient pris en charge aux urgences à Poissy (Yvelines), le 18 avril 2020. 
Un patient pris en charge aux urgences à Poissy (Yvelines), le 18 avril 2020.  (ANTOINE KREMER / HANS LUCAS / AFP)