Coronavirus : en Ukraine, une ministre se met en quarantaine par solidarité avec des rapatriés accueillis par des manifestants hostiles

Lors de l'arrivée d'un groupe de personnes évacuées de Wuhan, des heurts ont fait dix blessés dans la ville de Novi Sanjary, en Ukraine.

Un manifestant jette un projectil sur un véhicule, à Novi Sanjary, en Ukraine, jeudi 20 février 2020. 
Un manifestant jette un projectil sur un véhicule, à Novi Sanjary, en Ukraine, jeudi 20 février 2020.  (VALENTYN OGIRENKO / REUTERS)

Manifestations hostiles, affrontements avec la police, vitres du bus brisées... L'arrivée en Ukraine, jeudi 20 février, de 72 personnes évacuées de Wuhan (Chine), épicentre du nouveau coronavirus, afin d'être placées en quarantaine dans le pays, s'est faite dans la violence. Dans la nuit de jeudi 20 à vendredi 21 février, la ministre de la Santé ukrainienne a annoncé sur Facebook son intention de les rejoindre en quarantaine.

"J'ai pris la décision de rejoindre les gens en observation. Je vais passer les quatorze prochains jours avec eux, dans le même bâtiment et les mêmes conditions. J'espère que ma présence calmera ceux de Novi Sanjary et le reste du pays", a écrit Zoriana Skaletska.

Elle a ajouté avoir été choquée par "la panique et le rejet, la négativité et les agressions" envers les rapatriés en quarantaine pour quatorze jours à Novi Sanjary.

Des centaines de policiers anti-émeute déployées

Des centaines d'habitants ont affronté jeudi les forces de l'ordre pour s'opposer à l'arrivée dans un centre de repos de ce petit village du centre de l'Ukraine de 45 Ukrainiens et 27 étrangers, en majorité originaires d'Amérique latine.

Les centaines de policiers anti-émeute déployés sur place jeudi ont fini par repousser les manifestants dans la soirée afin de dégager la route qu'ils bloquaient. Sous protection policière, les bus transportant les évacués, certains ayant des vitres brisées, ont réussi dans la soirée à pénétrer dans l'enceinte de l'hôpital. Selon un responsable de la police ukrainienne, cité par l'agence de presse Interfax-Ukraine, 24 personnes ont été arrêtées. Neuf policiers et un habitant ont par ailleurs été blessés, a-t-il ajouté.

Le Premier ministre, Oleksiï Gontcharouk, et le ministre de l'Intérieur, Arsen Avakov, se sont même rendus sur place pour tenter de calmer les manifestants et dénoncer les violences.

Aucun cas de coronavirus n'a été enregistré en Ukraine. Cependant, le système de santé public du pays, largement défaillant, semble être mal préparé au défi de la nouvelle infection, ce qui renforce les craintes de la population.