Coronavirus : une cinquantaine de parlementaires lancent une consultation pour "préparer le jour et le monde d'après"

Ces élus estiment que la crise sanitaire a mis en lumière "les failles et les limites de notre modèle de développement". Ils lancent une plateforme permettant de débattre de plusieurs propositions sociales, politiques et environnementales, avant, pourquoi pas, de les transformer en propositions de loi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Dans les couloirs du métro parisien, le 13 mars 2020. (YANN CASTANIER / HANS LUCAS / AFP)

"A nous toutes et tous de préparer, ensemble, le jour et le monde d'après." Alors que la France affronte l'une des pires crises sanitaires de son histoire, provoquée par le coronavirus, 58 parlementaires – notamment LREM — lancent un appel, samedi 4 avril, pour engager "un grand plan de transformation de notre société et de notre économie". Ce projet a été notamment coordonné par les élus Matthieu Orphelin, Paula Forteza et Aurélien Taché, mais figurent également des députés PS, centristes ainsi que l'eurodéputé Pascal Durand (EELV) et le sénateur Ronan Dantec (EELV).

>> Coronavirus : suivez en direct les dernières informations sur la pandémie de Covid-19

Les auteurs du texte estiment qu'un "un simple plan de relance ne suffira pas" à réparer les dégâts provoqués par "l'ouragan économique et sociétal" qui déferle sur le pays et dont les "conséquences [sont] encore incertaines".

Il est de notre responsabilité́ de penser collectivement, dès à présent, au jour d'après, à notre avenir commun. Il y aura un avant et un après coronavirus. Il le faut. Cette crise nous aura tous transformés.

Appel de 58 parlementaires

Le mot "libéralisme" n'est pas cité, mais l'appel insiste toutefois sur "les failles et les limites de notre modèle de développement, entretenu depuis des dizaines d'années". Les parlementaires évoquent tour à tour plusieurs chantiers comme la sécurité sanitaire, la production locale, l'environnement ou encore le réapprentissage de la vie "en concordance avec la nature".

La consultation durera un mois

Les parlementaires espèrent notamment rassembler des idées afin de les traduire en propositions de loi. A cet effet, une plateforme a été mise en ligne pour recueillir les propositions, sur le modèle de la démocratie participative. La consultation doit durer un mois, jusqu'au 3 mai, avant de futures synthèses des mesures les plus populaires.

Une plateforme a été mise en ligne afin de recueillir des propositions pour préparer l'après-crise sanitaire.  (LE JOUR D'APRES)

Le site recense onze thématiques et déjà une quarantaine d'idées censées défendre une "grande transformation écologique et sociale". Parmi elles, certaines sont directement liées à la crise en cours, comme une hausse des moyens pour les hôpitaux ainsi qu'une revalorisation salariale de 200 euros net mensuels pour les aides à domicile, aides-soignantes, infirmières et agents hospitaliers. Les auteurs proposent également de développer le télétravail partiel, d'augmenter les enseignants dès la prochaine rentrée et de mieux encadrer l'utilisation des données personnelles en cas de crise, afin "d'éviter de toucher aux libertés fondamentales en réponse à l'émotion".

Taxe carbone, revenu universel, tirage au sort…

D'autres propositions se projettent davantage à moyen et long terme. Parmi elles, l'abandon des subventions publiques aux énergies fossiles, une taxe carbone aux frontières de l'Europe et une taxe sur le kérosène doublée d'une incitation à prendre le train. La plateforme imagine également une possible taxation européenne sur les transactions financières, des indicateurs sociaux et environnementaux pour compléter le PIB ou un droit d'asile sanitaire au niveau européen. Le revenu universel à partir de 18 ans et l'expérimentation du tirage au sort citoyen sont également suggérés.

L'objectif de la consultation est de formuler des mesures concrètes en un mois, avec une première synthèse autour du 15 mai. Les différentes propositions doivent être analysées et organisées en temps réel et plusieurs ateliers sont également prévus, avec deux "grands témoins" pour les animer. Plusieurs personnalités ont déjà donné leur accord, comme la philosophe et psychanalyste Cynthia Fleury, le secrétaire national de la CFDT Laurent Berger, le délégué général adjoint de la Fondation Abbé-Pierre Christophe Robert ou encore l'économiste Laurence Tubiana. Par ailleurs, les développeurs informatiques et spécialistes des données sont invités à participer à un "hackathon", afin d'identifier les "manquements de notre modèle actuel".

"Particulier, syndicat, ONG ou élu… Tout le monde peut participer", expliquent à franceinfo les organisateurs. Nous assumons le fait qu'il faut construire collectivement ce jour d'après, et pas seulement au niveau des politiques". Si cette plateforme semble réveiller l'idée du grand débat initié par l'exécutif pendant la crise des "gilets jaunes", les auteurs de l'appel estiment que leur projet est différent. "Il y a déjà des propositions, des mesures très fortes socialement et économiquement, qui ne sont d'ailleurs pas toutes reprises par les députés signataires."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.