Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : le monde se ferme, la Chine revit

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Coronavirus : le monde se ferme, la Chine revit
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Partout dans le monde, les pays se protègent et la situation s'inverse en Chine, où le nombre de nouvelles contaminations n'augmente presque plus. En Espagne, les habitants n'ont quasiment plus le droit de sortir de chez eux.

Les rues de Madrid (Espagne) sont désertes samedi 14 mars. Les rideaux sont tirés sur les bars et les restaurants. Les rares passants à s'aventurer dehors ont compris l'urgence de la situation. "La vérité, c'est que c'est nécessaire. C'est la seule façon de stopper la propagation du virus, même si je suis inquiet pour l'économie", explique un habitant. Dans la soirée, le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, dont l'épouse a été testée positive au Covid-19, a annoncé le confinement général de tout le pays.

En Chine, la maladie ne progresse presque plus

La Pologne a fermé ses frontières. Plus aucun n'étranger ne peut y pénétrer. Tous les vols et trains internationaux ont été suspendus. Toute l'Europe, nouvel épicentre de la maladie, se barricade. Aux États-Unis, il n'y a pas encore de confinement, mais les habitants inquiets se ruent dans les supermarchés. Les files d'attente s'allongent. En Nouvelle-Zélande, un paquebot a été placé en quarantaine. La Chine a amorcé un long retour à la normale. Certains musées ont rouvert, malgré des mesures drastiques. Selon les autorités chinoises, la maladie ne progresse presque plus.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.