Coronavirus : le Chili enregistre un nouveau record de contaminations

Ce pays d'Amérique du Sud connaît une forte hausse du nombre de cas de Covid-19 depuis deux semaines, ce qui a poussé le gouvernement à décréter un confinement obligatoire dans la capitale.

Une famille attend de la nourriture fournie par la municipalité de Santiago, au Chili, le 22 mai 2020.
Une famille attend de la nourriture fournie par la municipalité de Santiago, au Chili, le 22 mai 2020. (MARTIN BERNETTI / AFP)

Alors que l'Europe se déconfine, l'épidémie est loin de faiblir au Chili. Celui-ci a enregistré, lundi 25 mai, 4 895 nouvelles infections au Covid-19 en 24 heures. Ce pays de 18 millions d'habitants recense un total de 73 997 cas de coronavirus Sars-CoV-2, dont 761 décès, depuis l'apparition d'un premier cas le 3 mars. Quarante-trois personnes sont mortes au cours des dernières 24 heures. Le président Sebastian Piñera a jugé que le système de santé national était saturé et "très proche de ses limites".

Deux ministres sont touchés. "Le test au Covid-19 que j'ai effectué il y a quelques jours s'est révélé positif, heureusement je n'ai pas de symptômes jusqu'à présent", a fait savoir le ministre des Travaux publics, Alfredo Moreno, 63 ans, sur son compte Twitter. Il s'était déjà placé en quarantaine préventive, après qu'une de ses collaboratrices eut été testée positive.

Le ministre de l'Energie, Juan Carlos Jobet, 44 ans, est lui aussi contaminé. Trois autres membres du gouvernement, qui avaient été en contact avec des personnes contaminées et s'étaient placés en quarantaine préventive, ont tous été testés négatifs et ont repris leurs activités.

Santiago concentre 90% des infections

La semaine dernière, trois sénateurs ont été testés positifs, ce qui a entraîné la fermeture du Sénat et l'organisation des sessions parlementaires par visioconférence. La chambre basse du Parlement compte elle aussi une élue contaminée au Covid-19.

Santiago, en confinement depuis le 16 mai, est le principal foyer de l'épidémie au Chili, avec 90% des cas du pays. Jusque-là, le gouvernement avait misé sur des confinements partiels et sélectifs, ainsi que sur un dépistage massif. Mais le pays connaît depuis deux semaines une hausse très importante des contaminations, ce qui a poussé le gouvernement à décréter un confinement obligatoire pour les 7 millions d'habitants de la capitale.